Si vous voulez partager cet article :
  •  
  •  

()

Anti-limaces : les méthodes (néfastes) à éviter : pourquoi et comment ?

les granulés anti limaces et les pièges à bières sont dangereux et toxiques

Vous êtes désespéré de voir, chaque printemps, votre jardin partir en lambeaux, sous les assauts des limaces ? Vous avez envie de craquer, et d’y aller à l’arme lourde ? D’en finir à coup de kilos de granulés bleus et de sel, de litres de bières, de quintaux de terre de diatomée ?

Retenez-vous, et lisez cet article, car ce que vous risquez de faire, peut se retourner contre votre jardin.

 

I. Anti-limaces : quelles sont les méthodes à éviter ? Pourquoi ?

1. Le piège à bière : l’anti-limaces à la mode

Piège à bière limaces

Le piège à bière, c’est quelque chose de très à la mode pour tenter de lutter contre les limaces au jardin. En permaculture, c’est à éviter tant que possible. Voyons pourquoi.

 

Le principe d’un piège à bière est d’attirer les limaces (grâce à l’odeur du houblon qu’elles confondent avec celle de la chicorée) dans une coupelle remplie de bière, où elles se noieront.

Le souci, c’est qu’environ un tiers seulement des limaces se noient dans la coupelle de bière. Les deux tiers restants repartent donc tranquillement brouter les salades de votre potager.

Et, si vous savez aussi que la bière attire les limaces jusqu’à plus de 100 mètres à la ronde (les limaces se repèrent principalement à l’aide de leur odorat), vous comprenez rapidement quel peut être le problème : vous voyez que vous avez tué des limaces grâce au piège, mais il y en a peut-être bien plus qu’avant dans votre jardin.

 

Le second impact des pièges à bière, va concerner la « faune » autre de votre jardin. Et oui !

Les carabes et les staphylins, des prédateurs spécialisés des limaces, peuvent facilement se noyer en tombant dans les pièges, après avoir senti l’odeur attrayante des limaces mortes, confites dans leur houblon.

 

Les hérissons, aussi attirés par cette odeur de protéine, seraient apparemment parfois amenés à manger les limaces gorgées d’alcool, ou même à prendre une lampée de bière. Évidemment, ce n’est pas bon pour eux. Ils peuvent facilement devenir un peu saouls, ce qui les rend vulnérables (par exemple, cela les empêche de se mettre en boule face aux prédateurs, mais peut aussi les mener à tomber dans un point d’eau et se noyer).

 

En addition à cela, il faut considérer l’effet -lui aussi contre-productif- de l’utilisation de méthodes létales pour gérer les limaces au jardin : nous voyons ça dans la partie II de cet article.

 

Pour aller plus loin, voici un article pour en savoir plus sur l’utilisation des pièges à bières et des vidéos time-laps de test de pièges à bière : bière VS limaces

 

2. Les granulés anti-limaces :

granulé blanc anti limaces bio

Les granulés anti limaces fonctionnent sur le même principe général que les pièges à bière : attirer les limaces, pour leur donner la mort. Cette fois, celles-ci meurent après ingestion des granulés en question, soit par une destruction des cellules de la limace, entrainant une mort rapide (granulés au métaldéhyde), soit en entrainant un blocage du système digestif des limaces, qui les empêche ainsi de se nourrir, et leur provoque une mort lente (granulés au phosphate ferrique).

Le 1er problème à l’utilisation des granulés anti-limaces, vient du fait de leur toxicité approuvée (granulés au métaldéhyde), ou soupçonnée (granulés au phosphate ferrique), pour le jardin et sa vie.

Pour plus de détails à ce sujet, je vous conseille cet article : les dangers des granulés anti-limaces : la brume des agro-industriels.

Le problème commun aux granulés anti-limaces, viendrait aussi du fait que les limaces du voisinage sont attirées sur un grand périmètre, du fait de leur odorat développé et de l’attractivité olfactive des granulés. En est-il plus tué que ce qu’il en arrive ? Probablement, mais des applications importantes sont alors nécessaires. Le souci, lors de pluies abondantes, est la « disparition » des granulés dans le sol. La substance attractive (amidon), y reste, et continue ainsi à attirer les limaces, sans plus de substance active pour les tuer.

 

3. Le sel : anti-limaces et anti-vie

image de gros sel contre les limaces au potager

Si vous avez déjà utilisé cette technique, pour lutter contre des limaces qui vous volaient vos nuits, je peux comprendre, on craque tous un jour… Mais, sachez que ce n’est vraiment pas une bonne idée.

Excepté l’atroce souffrance probable des limaces saupoudrées de sel, qui meurent lentement (cliquez ici pour comprendre pourquoi le sel tue les limaces), le sel a un impact direct (et par le même moyen d’action), sur vos plantes, votre sol, et sa vie (idem, vous comprendrez pourquoi dans l’article précédent).

Le sel est un véritable serial killer de la vie sous toutes ses formes.

Au jardin, son utilisation est vraiment à proscrire.

 

4. La terre de diatomée : la barrière anti limaces et auxiliaires

Terre de diatomée barrière anti limaces

La terre de diatomée est très à la mode, pour faire barrière aux limaces et aux insectes, dans un jardin « écologique », ou en « permaculture ».

Sachez que l’utilisation de la terre de diatomée va totalement à l’encontre de la philosophie de la permaculture.

La terre de diatomée tue par contact. Une limace qui essaie de traverser de la terre de diatomée est tuée. Une fourmi, un carabe, une coccinelle, qui tente de traverser de la terre de diatomée, est tué.

La permaculture, c’est favoriser la vie au jardin, pas y disposer un élément d’extermination indifférencié automatique.

Sans compter, que l’impact de la terre de diatomée sur votre sol et sa vie, ne doit pas être négligeable…

Je pense qu’il vaut donc mieux y réfléchir à deux fois, avant d’utiliser de la terre de diatomée comme barrière aux limaces.

Et puis, même si la terre de diatomée ne tuait que les limaces, cela aurait un effet contre-productif à vos attentes long-terme. Voyons tout de suite pourquoi :

Robin

Robin

Je me passionne de Permaculture.

Mon but, avec ce site web, est que chacun puisse y trouver, facilement, toutes les informations nécessaires à la gestion Perma de chaque petit "ravageur" du jardin.

J'ai travaillé sur des solutions concrètes à ce sujet (plus d'infos ici), et je souhaite, ici, partager ce que j'ai appris lors de mes recherches.

J'essaie d'associer sources scientifiques fiables, rigueur de raisonnement, et un peu de légèreté !

Photo de fougère
Fleurs de bourrache
Coccinelle sur une feuille

Les plantes à avoir au jardin : les plantes pour héberger les auxiliaires, les plantes à effets répulsifs pour les "ravageurs" (Limaces, Pucerons, Rongeurs, ...)

Vos informations ne seront jamais soumises à un tiers. Suite à votre inscription, je vous donnerais, un jeudi une fois tous les 15 jours, des nouvelles de mes avancées, et des conseils, voir le partage d'un film, ou d'un poème. Si, pour une raison quelconque, vous ne souhaitez plus recevoir mes messages, vous pourrez vous désabonner en un clic, via un bouton présent en bas de chaque email. Voir la Politique de confidentialité.

II. Pourquoi les anti-limaces létaux sont contre-productifs, pour en finir durablement avec un problème de limaces au jardin ?

le déséquilibre créé par les canards coureurs indiens

Une surpopulation de limaces, ce n’est que le symptôme d’un déséquilibre systémique de votre système-jardin. Si vous attendez assez longtemps (entre 2 et 5 ans, en moyenne), votre écosystème-jardin a le temps d’absorber se déséquilibre, et le nombre de limaces est alors bien moins important, chaque année. Ce rééquilibre, qui nécessite une explosion de la population de limaces du jardin, passe notamment par l’attrait de leurs prédateurs naturels (carabes, amphibiens, hérissons, … Cliquez ici pour apprendre à attirer les prédateurs naturels des limaces au jardin).

Si vous exterminez les limaces chaque année, la régulation ne pourra pas se faire, et vous devrez très probablement, chaque année, épandre des granulés anti-limaces, sacrifier vos bières, etc…

 

Alors, comment faire ?

 

III. Quelles alternatives aux anti-limaces létaux ?

 les granulés anti limaces sont un danger pour les hérissons

Comme on l’a vu, pour une résolution durable d’un problème de limaces, il ne faut pas sortir ces dernières du système-jardin.

« Alors, je laisse mes salades se faire dévorer jusqu’au trognon, les bras ballants ? »

 

Non, non, vous pouvez avoir une influence sur l’accélération du processus de rééquilibre des populations de limaces (attrait des prédateurs naturels, mais aussi favorisation des champignons digestifs du sol, entre autres), mais vous pouvez aussi protéger vos plantes le temps que cette régulation porte ces fruits. Et, pour protéger vos plantes sans tuer ou extraire les limaces du jardin, vous pouvez par exemple utiliser des barrières efficaces, pour créer des remparts naturels face aux limaces.

Efficaces, et j’insiste sur ce point. Car des barrières anti limaces, il en existe des dizaines. Mais, le tout est de savoir :

  • Qu’est-ce qui est plus une légende qu’une solution vraiment efficace
  • Qu’est-ce qui n’a aucun intérêt par temps de pluie
  • Qu’est-ce qui risque de freiner la régulation naturelle long-terme de notre jardin

 

Et ben, vous savez quoi ? Je vous ai rassemblé tout ça dans une infographie 😉 (ci-dessous)

Si vous ne voulez pas écrire votre email, car vous avez peur que je vous harcèle (je vous rassure ça n’arrivera pas, je sais moi aussi à quel point c’est usant), vous pouvez aussi rassembler ces infos par vous-même en fouillant un peu dans la section « limaces » de mon site 😉 (vous y trouverez absolument tout)

 

Pour une vue d’ensemble des barrières à limaces existantes, je vous renvoie à cet article.

Sinon, sachez aussi que le cuivre est une barrière très efficace pour faire rempart aux limaces, s’il est bien utilisé.

 

Conclusion :

 quelle est l'utilité des limaces ?

Il est parfois tenant de succomber à la facilité. La facilité de résoudre un problème en supprimant sa conséquence, sa manifestation.  

Mais, comme le corps humain, le jardin est un système.

On ne soigne pas un syndrome en masquant le symptôme.

Dans notre cas, le symptôme, c’est une population de limaces trop importantes, qui ravage notre potager.

Le syndrome, c’est un jardin qui ne correspond pas aux systèmes naturels environnants matures. C’est un jardin souvent encore trop jeune, peu riche en biodiversité, et même en herbes folles.

 

Se concentrer à la résolution de ce problème de fond, voilà la solution durable.

 

Merci d’avoir pris le temps de lire 😊, j’espère que cet article vous aura intéressé et appris des choses que vous pensez utiles. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je suis à l’écoute de tout ce que vous aurez à me partager, car cela ne peut qu’enrichir ce document. Faites-moi parvenir vos idées, je compléterai cet article avec plaisir, afin qu’il soit le plus complet possible.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour noter l'article !

Note moyenne / 5. Vote count:

Pas encore d'avis ! Soyez le premier à dire ce que vous en pensez !

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

0 commentaires


Si vous voulez partager cet article :
  •  
  •