Si vous voulez partager cet article :

()

Voici pourquoi les limaces envahissent votre jardin

invasion de limaces dans un jardin

Un jardin en déséquilibre : cause d’une prolifération de limaces

 

Comme brièvement expliqué plus haut, la cause fréquente d’une invasion de limaces dans un jardin est le déséquilibre de ce jardin.

Un déséquilibre dans le système qui régule les différents éléments (animaux, insectes, végétaux) qui le composent.

 

Le premier problème vient souvent d’un manque de prédateurs naturels installés au sein du jardin. Hérissons, carabes, staphylins, vers luisants, orvets… 

Les prédateurs des limaces, installés au jardin, régulent le nombre de ces gastéropodes lors de leurs pics de population. Ils sont un élément absolument indispensable d’un jardin résilient face aux baveux !

 

Le second problème est souvent un manque de biodiversité végétale au sein du jardin : les limaces, n’y trouvant qu’une pelouse peu appétissante et des salades fort appétissantes, se concentrent et se jettent sur ces dernières. Donnant parfois une impression d’”invasion” qui n’aurait pas forcément été présente si la population de limaces était “diluée” au sein d’une masse végétale importante et appréciée, au sein de tout le jardin.

 

Bref : une régulation durable et continue des populations de limaces (prédateurs) et une dilution de la population restante (biodiversité végétale autre que le potager) sont des facteurs cruciaux d’un jardin qui saura “absorber” les assauts de limaces du printemps.

 

Mais, malgré un jardin équilibré, il arrive, parfois, que les assauts de gastéropodes perdurent. 

Dans ce cas-là, il y a des questions qu’il est naturel de se poser, et nous allons tâcher d’y répondre : 

le carabe est un prédateur des limaces

Le carabe est un grand prédateur de limaces.  Nous avons tout intérêt à l’accueillir durablement au jardin.

Comment arrivent les limaces dans votre jardin ?

 

D’où viennent-elles ? Si nombreuses, si affamées, et si soudainement.

 Y-aurait-il des “puits” naturels de limaces, d’où elles sortent en continu, toujours plus nombreuses, telles les orques du Mordor surgissant des entrailles de la Terre ?

 

Pas vraiment. Excepté l’utilisation de certaines techniques très attractives (les pièges à bière, contre productifs), elles ne viennent pas plus de l’extérieur de votre jardin que de celui-ci.

Elles sortent simplement de leurs cachettes, une grande partie en même temps, du fait de conditions d’humidité et de chaleur favorables.

 

Les œufs qui ont passé l’hiver ont éclos, les limaces ont grandi dans une cachette sombre et humide, et elles sortent pour se nourrir une fois ces conditions favorables réunies.

À noter, d’ailleurs : de fortes invasions de limaces au printemps peuvent être dues à un hiver doux : les limaces et leurs œufs seront bien plus nombreux à avoir été épargnés par le gel, et ils seront donc beaucoup plus rapides à pulluler.

 

Par contre, et comme je l’évoque plus haut : l’utilisation de pièges à bière a la capacité d’attirer les limaces à plus de 100 mètres à la ronde, leur odorat très développé ayant la capacité d’identifier de très loin cette odeur qu’elles apprécient particulièrement.

Dans ce cas-là, les limaces arrivent donc de chez vos voisins, des champs, et des forêts alentour.

 

 

Qu’est-ce qui attire les limaces ? 

Décomposons cette question en deux sous-questions : 

Qu’est-ce qui attire les limaces au point de venir de l’extérieur de votre jardin jusque chez vous ?

– L’odeur de la bière, principalement.

– L’odeur des granulés anti-limaces, aussi (ils attirent tout de même les limaces de moins loin).

– Éventuellement l’odeur d’un gros tas de compost végétal.

 

Qu’est ce qui attire les limaces, et qui peut servir à les distraire de vos plantes potagères ?

Ici, l’attraction n’est pas assez importante pour attirer les limaces de l’extérieur de votre jardin jusqu’à celui-ci.

Elle peut, au contraire, servir à diluer la prédation des limaces à l’intérieur de ce jardin, comme je l’explique dans la première partie de cet article.

Ainsi, voici ce qui attire les limaces et qui peut servir à les distraire de vos plantations : 

 

Un tas de compost, au fond du jardin, le plus loin possible des plantes sensibles de votre potager : oui, je le place aussi dans cette catégorie, il peut y avoir un véritable intérêt, en concentrant la majorité des limaces de votre jardin loin de votre potager. Il n’est pas assez attractif pour les attirer loin d’en dehors de votre jardin.

 

Un massif sacrificiel : un massif de plantes et fleurs très appréciées des limaces, placé loin du potager, qui aura le même rôle que le tas de compost. Vous y planterez la série de plantes les plus appréciées des gastéropodes.

 

La plantation de ces plantes très appréciées des limaces, mais à proximité directe du potager, voir à l’intérieur même de celui-ci : pour que les limaces qui s’y aventurent, puissent, elles aussi, trouver sur place d’autres plantes à manger.

 

Du compostage de surface (épluchures de cuisine) : dans le potager, ou autour de celui-ci, selon le même objectif que les plantes appréciées des limaces. Plus de détails sur cette stratégie dans mon article sur le compostage de surface et les limaces.

 

Des épluchures mises dans des recoins sombres et humides : épluchures de pommes de terre mises sous des planches en bois, par exemple. Un bon moyen de concentrer les limaces là où elles pourront être facilement récoltées à la main.

 

Mais, vous vous demandez sans doute : et si j’ai véritablement un nid de limaces dans mon jardin, d’où elles sortent en nombre en continu ? 

Un recoin qu’elles apprécieraient particulièrement, et où leurs œufs seraient concentrés ?

Alors, venons-en à la partie suivante :

Moutarde pour massif sacrificiel

La moutarde est une plante très appréciée des limaces. Elle peut servir au sein d’un massif sacrificiel, ou au sein ou en bordure d’un potager.

Comment trouver un nid de limaces ?

Un “nid” de limaces, si on peut l’appeler ainsi, serait, comme je le dit juste au-dessus, un recoin sombre et humide où les limaces apprécieraient y pondre leurs œufs.

Alors, comment dénicher ces nids potentiels et couper ainsi une source d’entrée des limaces dans le jardin, source d’une invasion possible ? 

Je vous le dis tout de suite, ce ne sera pas facile. Mais vous l’avez compris : il faudra cibler les recoins sombres et humides : planches posées à terre, bâche contre-terre, pierres plates posées au sol, etc…

Il n’y a pas d’autres méthodes : identifiez tous ces sites à nids potentiels, et vérifiez si vous y trouvez de petits œufs blancs.

Si vous trouvez ces œufs dans ces endroits, il y a de grandes chances que ce soit des œufs de gastéropodes. Vous pouvez alors soit les détruire par vous-même, soit les placer en un lieu où ils pourront facilement être trouvés par des prédateurs naturels d’œufs de gastéropodes (je préfère cette solution). 

Par exemple, vous pouvez simplement les déposer dans une coupelle exposée, où les oiseaux, carabes, et autres prédateurs pourront facilement les trouver.

oeufs de limaces

Comment faire face à l’invasion et ne plus avoir de limaces ?

Désolé de vous décevoir, mais il n’y a pas de solution miracle.

Tuer en continu toutes les limaces de votre jardin n’est pas une bonne idée : les prédateurs naturels ne trouveront plus leur nourriture, et ils s’en iront : on crée ainsi un effet yo-yo. (En plus du fait que les limaces sont utiles au jardin).

Et si vous vous brisez l’échine à ramasser tous les gastéropodes pour ensuite les relâcher bien plus loin : même problème, les prédateurs ne trouveront plus leur nourriture.

La seule vraie solution, c’est d’avoir la patience d’attendre ces prédateurs, tout en mettant en place de quoi limiter les dégâts le temps de cette attente (ce qui passe notamment par les méthodes de “distraction” évoquées plus haut).

Une autre manière de limiter les dégâts, c’est l’utilisation de barrières à limaces efficaces.

Malheureusement, à ce niveau, la plupart sont des mythes injustement relayés par des médias incompétents, agrégateurs d’informations non vérifiées.

Les coquilles d’œuf, la cendre, le sable fin… Se révèlent parfaitement inefficaces en pratique. Je peux l’affirmer sans peur, car contrairement à ces médias, je les ai testées.

D’ailleurs, pour conclure cet article, je vous laisse télécharger librement (et gratuitement !) l’infographie bilan de toutes les méthodes (efficaces/inefficaces/inefficaces lorsque…) répertoriées pour gérer les limaces au jardin (dont toutes les barrières à limaces existantes).

Et si vous savez déjà tout à ce sujet, sachez aussi que j’ai conçu une barrière à limaces infranchissables, à base de cuivre, dans le but de combler tous les défauts des barrières à limaces existantes du commerce : le filet anti limace.

 

Pour finir, sachez qu’une lutte intelligente contre un “ravageur” du jardin ne se fait jamais à l’aide d’une solution unique, et qu’elle doit s’inscrire dans une vraie stratégie, elle-même dictée par une “philosophie” raisonnée, et durable. C’est ce que je vous suggère de mettre en place.

 

Bibliographie scientifique

  • “Understanding the drivers of slug and snail abundance and damage : a meta-analysis approach” publié dans la revue scientifique “Journal of Applied Ecology” en 2017.

 Robin

Mes deux premiers potagers ont été de vrais fiascos.

Je m'étais appuyé sur des "guides potager" simples, faciles... Mais trop superficiels.

Je ne comprenais pas vraiment ce que je faisais.

J'obéissais bêtement à des "règles" dictés par certains.

Depuis, je cherche à comprendre.

Car ici, c'est le potager du POURQUOI. 

On se pose et se repose cette question, toujours, à chaque fois que l'on nous dit ce que nous devrions faire.

Pour être autonômes, libres, et confiants dans ce que l'on fait.

Et on se base, au maximum, sur des sources scientifiques. Ou très sérieuses.

Cliquez ici pour connaître l'histoire qui m'a mené ici..

filet à limaces en cuivre

Le filet à limaces : faites enfin la paix définitive avec les limaces.

Déjà 800 filets adoptés !

Les Formations

Des condensés d'informations uniques.

Que vous allez adorer.

illustration des différentes espèces de limaces

Formation continue : Apprenez, avec moi et en même temps que moi, les bases profondes pour créer un potager autonôme et productif.

Prix : gratuit

Le potager permacole : selon moi le meilleur magazine de jardinage du moment. À prix libre.

Articles en lien avec celui-ci (cliquez sur les images) :

marc de café pour les plantes
cendre dans le potager
urine au potager
peau de banane pour les plantes
Une invasion de limaces

Avez-vous aimé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour noter l'article !

Note moyenne / 5. Vote count:

Pas encore d'avis ! Soyez le premier à dire ce que vous en pensez !

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Leave feedback about this

  • Rating
Choose Image


Si vous voulez partager cet article :