Si vous voulez partager cet article :
  •  
  •  

()

Les carabes prédateurs de limaces : comment les attirer au jardin ?

le carabe est un prédateur des limaces

« C’est bien beau de travailler sur un dispositif de gestion des limaces, Mr Robin Springday, mais la Nature sait gérer elle-même le problème ! »

Exact !

Et savez-vous comment ?

Notamment par l’attrait naturel de prédateurs, lors de l’abondance de proies !

J’ai déjà écrit un article sur les hérissons, sur les amphibiens, sur les limaces léopards…

Et les carabes alors ?

Les carabes, c’est un prédateur du sol qui est spécialiste de la prédation de limaces et escargots (il a même développé une technique de chasse particulière).

Comme pour les hérissons et les amphibiens, savoir aménager votre jardin pour y attirer les carabes et les y installer, c’est un gros plus pour aider à réguler les populations de limaces qui y pullulent au printemps.

Ce que je vous propose, dans cet article, c’est d’apprendre à connaître les carabes et leur lieu de vie, pour voir comment aménager le jardin en conséquence. Je vous y glisse aussi une petite vidéo-devinette, que vous pourrez montrer à vos amis pour voir s’ils connaissent un peu la vie de leur jardin.

Une dernière chose : saviez vous que la présence de carabes au jardin réduit la prolifération d’herbes souvent envahissantes (parfois qualifiées de « mauvaises herbes ») ?

C’est parti !

Avant de commencer, si ça vous intéresse, voici l’article sur l’ensemble des prédateurs des limaces.

I. Le carabe : présentation d’un prédateur de limace

1. Petites infos sur les carabes, pour commencer

 un carabe au jardin

Le carabe est un insecte prédateur du sol, actif surtout la nuit.

Il chasse dans la végétation basse.

Sa famille (les carabidés) se compose de plus de 40 000 espèces différentes !

En France, le carabe doré et le carabe des bois seraient les plus présents (selon certaines sources), mais il y a des dizaines d’espèces différentes : d’ailleurs les différences anatomiques peu évidentes entre chaque espèce peuvent rendre difficile l’identification de chacune d’elle. On peut facilement se tromper en associant chaque spécimen aux reflets dorés au « carabe doré » (carabus auratus), et chaque spécimen « mat » au « carabe des bois » (carabus nemoralis). 

La présence du carabe a été jugée comme un bon indicateur de la biodiversité du milieu où on l’observe. Si vous en avez dans votre jardin, c’est donc bon signe !

 

Deux super sources pour l’identification des différentes espèces de carabes :

  • Voici la page dédiée d’un site web, où vous y trouverez les différentes espèces de carabes françaises : https://www.insectes-net.fr/carabus/carabus3.htm (je vous conseille d’aller dans « retour vers menu carabus » pour une vue d’ensemble.

 

  • Voici un pdf d’identification des carabes du CNRS et de l’INRA : identification carabes (pour le nord-ouest de la France, mais très intéressant dans tous les cas)

 

Autre petite info : les carabes ont deux cycles de développement :

  • Il y a les carabes de printemps : accouplement des adultes au printemps, puis ponte et naissance des larves durant le printemps et l’été, et les larves se transforment en adultes à la fin de l’été.
  • Et il y a les carabes d’été : accouplements des adultes durant l’été, ponte à l’automne, naissance des larves et transformation en adulte au printemps.

Les carabes d’été ont un cycle de développement qui coïncide très bien avec la période de pic de populations de limaces printanières.

À noter aussi que les carabes ont une longévité de 2 à 3 ans, en moyenne.

 

Une vidéo qui permet une vue de plusieurs espèces de carabes :

2. Que mangent les carabes ?

La grande majorité des carabes sont carnivores. L’adulte est friand de limaces et d’escargots, mais pas que… (pucerons, œufs d’insectes, larves, vers, collemboles, fourmis, araignées, …). La larve, elle, se nourrit d’œufs d’insectes, de larves, de vers, et de petits insectes. Les régimes alimentaires peuvent varier en fonction des espèces. Le carabe doré, par exemple, est la seule espèce à s’attaquer aux larves de doryphore.

Pour ceux qui doutent sur le fait que les carabes aiment les limaces, jetez un œil à la vidéo ci-dessous !

Les carabes utilisent leurs mandibules pour tuer et broyer leurs proies. Ils leur injectent ensuite un liquide riche en enzymes digestives, qui a donc pour but de pré-digérer les proies avant ingestion.

Les carabes les plus spécialisés dans la chasse aux gastéropodes ont une technique d’attaque bien particulière : ils immobilisent la limace en la mordant, ce qui l’empêcherait de produire du mucus lui permettant de se défendre.

Messieurs carabes se nourrissent abondamment, car ils ont besoin de consommer, chaque jour, leur poids en nourriture ! Rien de mieux qu’une bonne limace orange pour bien se caler l’estomac ! 😉

Certaines espèces de carabes (Harpalus spp. par exemple) sont granivores, et cela a aussi un intérêt très important en agriculture biologique (c’est dans ce qui suit !).

 

3. Les carabes comme moyen de lutte biologique efficace contre les « mauvaises herbes »

 les carabes éliminent les mauvaises herbes

Une étude commune de l’INRA et du BBSRC, indique que la présence de carabes granivores dans les champs cultivés est un moyen efficace, pour les agriculteurs, de lutter contre le développement des « mauvaises herbes ».

Les carabes de cette espèce semblent en effet avoir une préférence pour les graines de plantes considérées par les agriculteurs comme de « mauvaises herbes », plantes faisant donc concurrence aux plantes cultivées sur les parcelles.

Chaque carabe granivore consommant d’une à plusieurs dizaines de graines par jours, la perte de graines liée à la prédation d’une population de carabes, serait de 50 %, ce qui est énorme.

 

La gestion intelligente (et surtout la préservation !) des carabes granivores à proximité des espaces cultivés, se montre être une alternative très intéressante aux herbicides, encore trop souvent employés.

Si vous êtes intéressé pour en connaître plus à ce propos, voici une soutenance de thèse de 2 heures qui évoque ce sujet de la régulation de graines d’adventices par les carabes (j’avoue, je n’ai pas tout vu) :

II. Comment attirer le carabe au jardin, pour réguler les limaces ?

1. Où vivent les carabes ?

où vivent les carabes ?

Les carabes vivent principalement sous les écorces des arbres, les débris de bois, les pierres, les feuilles mortes, dans les haies, ou dans les branchages.

L’hiver, ils hibernent au chaud dans une souche ou un talus.

Les carabes ont un « camp de base », d’où ils s’éloignent parfois de plusieurs dizaines de mètres (jusqu’à 70 m pour le carabe doré, par exemple) pour chasser.

Les parterres de végétation basse, comme déjà évoqué au début de l’article, constituent leur terrain de chasse principal (ils s’attaquent principalement aux insectes du sol). Pour cela (et peut-être pour d’autres raisons, mais cela est flou), les parterres de trèfles violets semblent favorables à sa présence.

Les parterres de phacélie, pour des raisons assez obscures, semblent aussi les attirer.

le carabe est attiré par la phacélie
le carabe est attiré par le trèfle violet
Robin

Robin

Je crois profondément en l’intérêt de la permaculture (et de sa philosophie, notamment la vision systémique des choses qu’elle amène), pour un monde plus cohérent et durable.

Je crois fortement en la force que contient la transmission du savoir, pour faire bouger les choses à grande échelle.

C’est pourquoi je m’implique sur ce blog dédié à la vulgarisation (sérieuse, sourcée, pédagogique, complète (du mieux que je le peux en tout cas 😊 )) de la permaculture, et j’y apporte parfois mes opinions.

Je me concentre pour l’instant sur le problème des ravageurs en permaculture.

J’ai aussi bossé sur des solutions concrètes à ce sujet, comme une barrière à limaces respectueuse et infranchissable, trouvable ici !

Si, comme moi, vous cherchez toujours à comprendre « pourquoi », ce blog vous correspondra peut-être 😉

Au fait ! Ma barrière à limaces infranchissable est disponible !

le filet à limaces en cuivre de springday
Photo de fougère
Fleurs de bourrache
Coccinelle sur une feuille

Les plantes à avoir au jardin : les plantes pour héberger les auxiliaires, les plantes à effets répulsifs pour les "ravageurs" (Limaces, Pucerons, Rongeurs, ...)

Vos informations ne seront jamais soumises à un tiers. Suite à votre inscription, je vous donnerais, un jeudi une fois tous les 15 jours, des nouvelles de mes avancées, et des conseils, voir le partage d'un film, ou d'un poème. Si, pour une raison quelconque, vous ne souhaitez plus recevoir mes messages, vous pourrez vous désabonner en un clic, via un bouton présent en bas de chaque email. Voir la Politique de confidentialité.

2. L’aménagement du jardin pour attirer les carabes

abri pour attirer les carabes au jardin

Si vous voulez attirer les carabes dans votre jardin (pour aider à la régulation des limaces, par exemple), le mieux est de ne pas avoir un jardin « trop propre » (comme pour attirer la majorité des insectes et animaux). Des tas de bois ou de branches, des feuilles mortes, de vielles souches, ou des coins pierreux, feront leur bonheur. Une haie au pied tapissée de feuilles mortes est un très bon début, qui plait d’ailleurs à la plupart des insectes et animaux auxiliaires. Des abris à insectes à larges cavités au contact direct du sol peuvent aussi constituer de bon abris.

Maintenez une végétation basse rarement fauchée, et les carabes tomberont amoureux de vous et de votre jardin.

Plantez des parterres de trèfle violet et de phacélie, et ils feront de vous une religion.

N’oubliez pas que laisser les limaces vivre au sein de votre jardin, c’est aussi quelque chose d’essentiel à leur présence : les prédateurs sont attirés par les proies, et la présence de nourriture continue rend favorable un lieu d’installation (un « camp de base »).

 

3. Ce qu’il faut éviter, lorsque l’on veut attirer les carabes au jardin

labourer le sol tue les carabes

Attention, aménager le jardin, c’est top !

Mais il faut aussi faire gaffe ne pas leur causer du tort par d’autres biais.

Une chose très importante, est de ne pas labourer le sol à l’aide d’engins modernes et destructeurs, car le carabe s’y trouve aussi souvent.

La seconde chose importante, est de bannir l’utilisation des pièges à bière. Excepté le fait qu’ils sont contre-productifs pour la résolution durable d’une population de limaces, l’odeur des limaces (noyées) attire les carabes, et il est fréquent que des carabes tombent dans le récipient de bière et s’y noient.

Ces précautions plus les aménagements évoqués ci-dessus, et votre jardin sera un véritable Eden pour les carabes :p

 

III. Excepté l’attrait des prédateurs naturels, quelles autres solutions pour la régulation intelligente des limaces en permaculture ?

limaces mangés par les carabes

Attirer les prédateurs des limaces, comme dit dans ce titre, est un des premiers points menant à cette régulation naturelle du problème. L’essentiel étant de laisser les limaces vivre au sein du jardin, pour attirer naturellement ces prédateurs.

Attention aussi à ne pas confondre prédateurs naturels (hérissons, amphibiens, carabes) et prédateurs adoptés (canards coureurs indiens, nématodes) (cliquez sur le prédateur pour accéder à l’article en question), qui eux ne participent pas naturellement (en ces proportions) à l’écosystème, et dont la présence empêche l’installation des prédateurs naturels (compétition très défavorable pour la nourriture, car ces prédateurs sont de véritables armes d’extermination des limaces, mais aussi (pour le canard coureur indien) d’autres insectes).

Le second point est le choix de plantes appropriées lors de l’aménagement du jardin : j’ai écrit une série d’articles à ce sujet, que vous pourrez facilement trouver en navigant sur mon site.

Le troisième point consiste à laisser au jardin le temps de « vieillir », de manière générale (pour les jardins « jeunes »), et aux champignons du sol de se développer.

Et, si vous ne pouvez pas attendre, l’utilisation de barrières à limaces efficaces est un très bon moyen de sauver ses récoltes en attendant la régulation naturelle du problème.

Des barrières à limaces, il en existe théoriquement des dizaines.

Après, le but est de savoir :

  • Qu’est-ce qui est plus une légende qu’une solution vraiment efficace ?
  • Qu’est-ce qui n’a aucun intérêt par temps de pluie ?
  • Qu’est-ce qui risque de freiner la régulation naturelle long-terme de notre jardin ?

Et ben, vous savez quoi ? Je vous ai rassemblé tout ça dans une infographie 😉 (ci-dessous)

 

J’espère que ça vous plaira ! (C’est automatiquement envoyé dans votre boite mail)

Si vous ne voulez pas écrire votre email, car vous avez peur que je vous harcèle, vous pouvez aussi rassembler ces infos par vous-même en fouillant un peu dans la section « limaces » de mon site 😉 (vous y trouverez absolument tout)

 

Conclusion :

Voici une petite vidéo qui récapitule rapidement tout ce que nous venons de voir !

C’est une vidéo-devinette. Pour vous, qui avait lu l’article, vous savez bien sûr déjà de quoi cela parle. Mais vous pourrez la montrer à vos amis pour voir s’ils connaissent un peu la vie de leur jardin ! Et déceler d’éventuels ramollos du ciboulot ! :p

Augmenter la biodiversité générale de son jardin permet très souvent d’éviter de nombreux soucis de petits « ravageurs ».

Pour les limaces, c’est aussi le cas, et l’attrait de le leurs prédateurs naturels est un très bon moyen de parvenir à une régulation durable d’un souci de limaces.

Le carabe est un célèbre prédateur de limaces, et sa présence dans un jardin en permaculture est vraiment une chance.

Dans cet article, nous avons vu quels petits aménagements du jardin il pouvait être possible de faire pour l’y attirer et le pousser à s’installer.

En espérant que cela vous aide à progressivement comprendre les interdépendances existantes au sein de nos petits systèmes-jardin, et pourquoi pas aussi à avancer d’un pas vers la résolution durable de vos difficultés avec les limaces !

 

Merci d’avoir pris le temps de lire 😊, j’espère que cet article vous aura intéressé et appris des choses que vous pensez utiles. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je suis à l’écoute de tout ce que vous aurez à me partager, car cela ne peut qu’enrichir ce document. Faites-moi parvenir vos idées, je compléterai cet article avec plaisir, afin qu’il soit le plus complet possible.

 

les carabes sont des prédateurs des limaces

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour noter l'article !

Note moyenne / 5. Vote count:

Pas encore d'avis ! Soyez le premier à dire ce que vous en pensez !

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

9 Commentaires

  1. Laurent

    Salut Robin, tres intéressant mais je comprend mal pourquoi je n en ai pas ( encore?) dans mon potager.
    J ai le tas de bois ( gros) le tas de cailloux ( très gros), la haie( des framboisiers) et des tas ( très gros aussi) de limaces bien dodues ?
    Mon voisin , champs d asperges en traditionnel ?

    Réponse
  2. Conrad

    Instructif
    Merci

    Réponse
    • Robin

      Merci à vous ! 🙂

      Réponse
  3. Viennot

    Pas vu non plus de Varane malgré un tas de bois des haies qui poussent sans entretien
    Nous sommes dans le sud à côté de manosque: fait il trop chaud

    Réponse
    • Robin

      Bonjour, non les carabes sont présents dans toute la France, il doit bien y en avoir. Mais parfois ils sont difficiles à observer 😉

      Réponse
  4. Jean-Philippe Daney

    Super. Je m’installe en perma, et jai deja eu des pb de limaces.
    Vos conseils me seront utiles,… j’espère.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Si vous voulez partager cet article :
  •  
  •