Si vous voulez partager cet article :

()

 Paillage au chanvre : un vrai intérêt caché ?

Introduction, à propos du paillage

Dans l’univers du jardinage, le terme “paillage” vous est sans doute familier. Mais qu’entend-on réellement par ce mot ? Le paillage, également connu sous le nom de mulch, désigne la pratique consistant à recouvrir le sol autour des plantes avec divers matériaux, organiques ou inorganiques. 

Cette technique a plusieurs finalités : elle permet de conserver l’humidité du sol, de réduire la croissance des adventices (“mauvaises herbes”) avoisinantes, de protéger les racines des plantes contre les écarts thermiques et d’améliorer la structure et la fertilité du sol.

Au fil du temps, divers matériaux ont été employés pour pailler les jardins : de la paille traditionnelle à l’écorce, en passant par le plastique ou les cailloux. Cependant, un matériau en particulier suscite actuellement un intérêt croissant dans le monde du jardinage : le chanvre. Pourquoi cette plante, souvent associée à d’autres usages, connaît-elle une montée en popularité comme option de paillage ? Le paillage de chanvre présente-t-il des avantages distincts par rapport aux autres formes de paillage ? Dans cet article, nous explorerons les spécificités du paillage à base de chanvre, en le comparant objectivement à d’autres types couramment utilisés.

Nous espérons ici vous fournir de quoi faire un choix éclairé quant au type de paillage le mieux adapté à votre jardin.

 

Qu’est-ce que le paillage en chanvre ?

Origine et processus de fabrication

Le chanvre est l’une des plus anciennes plantes cultivées par l’homme. Utilisé dès l’Antiquité en Asie et en Europe pour ses fibres résistantes, il a servi à la confection de textiles, cordages, et même de papiers. Dans le contexte agricole, le chanvre a longtemps été apprécié pour sa capacité à enrichir le sol et pour sa croissance rapide, qui en fait une excellente plante de rotation.

La transformation du chanvre en paillage est un processus relativement simple mais qui requiert rigueur. Après la récolte, les tiges de la plante sont séchées, puis broyées. Cette étape de broyage est essentielle pour obtenir la texture recherchée, à savoir des fragments plus ou moins gros selon l’usage visé. Une fois broyé, le paillage est généralement stocké à l’abri de l’humidité pour garantir sa conservation.

Caractéristiques principales

Aspect et texture :

Le paillage de chanvre se distingue par sa couleur naturelle, allant d’une teinte dorée à un brun plus foncé. Sa texture, quant à elle, est assez aérée, ce qui le rend particulièrement maniable. Les fragments de chanvre, légers et fibro-moelleux, forment une couche uniforme lorsqu’ils sont étalés sur le sol.

Durée de vie :

Un des grands atouts du paillage de chanvre est sa durabilité. En effet, en fonction des conditions climatiques et du taux d’humidité du sol, il peut conserver ses propriétés pendant une à deux années. Ce qui signifie moins de renouvellements et donc un investissement plus durable pour le jardinier.

L’inconvénient qui vient rapidement du fait de cette lenteur de décomposition, c’est que la matière nourrira moins facilement le sol et sa vie.

Aussi, s’il est difficile de connaître avec exactitude le rapport carbone/azote du chanvre utilisé en paillage, sa durabilité est un indicatif d’un matériau assez carboné, et donc peu équilibré et pouvant générer ce que l’on appelle un “effet dépressif” (ou faim d’azote), notamment au printemps.

Avantages spécifiques liés à ses propriétés :

La structure fibreuse du paillage en chanvre offre plusieurs avantages non négligeables :

Rétention d’eau : Le chanvre a une capacité d’absorption impressionnante. Cela signifie qu’il peut retenir l’eau et la restituer progressivement, contribuant ainsi à une meilleure hydratation des plantes tout en réduisant la fréquence d’arrosage nécessaire.

Bonne capacité de protection thermique : en couche épaisse toujours, et comme le foin ou la paille, le chanvre possède de bonnes capacité de protection du sol contre le froid, le chaud, et les variations de températures brutales.

Protection contre les mauvaises herbes : comme tout bon paillis apposé en couche épaisse, celui en chanvre limite efficacement la croissance des mauvaises herbes, offrant ainsi un double avantage : esthétique et pratique.

Bonne “digestibilité” par la vie du sol : cela peut paraître anodin, mais c’est un critère important qui n’est pas rempli par plusieurs matériau de paillage (bâches, écorces épaisses, paillis minéraux, …) bien que ces derniers soient le plus souvent uniquement utilisés pour des massifs ornementaux.

paillage de chanvre

Limitations et inconvénients du paillage en chanvre

Tout comme chaque paillage a ses atouts, le paillage en chanvre présente aussi certaines limitations. Il est crucial de connaître ces aspects pour faire un choix éclairé.

Coût :

Le paillage en chanvre, en raison de ses nombreuses qualités et de la complexité du processus de production, peut se révéler plus coûteux que d’autres options de paillage disponibles sur le marché, comme la paille traditionnelle, le foin, ou le BRF. Il convient de mettre en balance ce coût initial plus élevé avec ses bénéfices à long terme, tels que sa durabilité et ses propriétés spécifiques. Néanmoins, pour certains jardiniers ayant un budget restreint, ce coût pourrait être un frein.

Durabilité :

Si le paillage de chanvre est reconnu pour sa longévité, celle-ci peut varier en fonction de plusieurs facteurs. La qualité du chanvre, le climat, l’exposition au soleil et les précipitations peuvent influencer sa dégradation. Comparé à des paillages inorganiques comme le gravier ou le plastique, le paillage de chanvre aura une durée de vie plus courte. Ce qui réduit son intérêt pour des massifs ornementaux de vivaces.

Possibilités d’attraction de certains ravageurs :

L’un des aspects souvent évoqués concernant les paillages organiques similaires (foin, paille, …) est leur capacité à attirer certains ravageurs.

Ces paillages attirent certains “indésirables”, comme les limaces par exemple, qui aiment la fraîcheur qu’il permet de maintenir au sol.

Matériau non équilibré :

Le chanvre est un matériau assez carboné (rapport C/N élevé). Cela demande aux bactéries du sol de piocher dans les réserves d’azote de ce même sol pour mener à bien leur travail de digestion.

Et c’est ce qui peut être à l’origine d’une faim d’azote, car celle-ci pourrait alors venir à manquer pour les plantes.

paillage de chanvre au potager

Comparaison avec d’autres types de paillages

Dans l’univers du jardinage, comme on l’a vu, le choix du paillage ne se limite pas au chanvre. Il existe une multitude d’options, chacune avec ses propres avantages et inconvénients. Jetons un œil comparatif à quelques-unes des alternatives populaires.

Paillage en paille :

Avantages :

Coût : La paille est généralement moins chère que le paillage en chanvre, ce qui la rend attractive pour ceux qui ont un budget limité.

Rétention d’eau : Tout comme le chanvre, la paille possède une excellente capacité à maintenir l’humidité du sol.

Protection thermique : La paille offre une protection efficace contre la chaleur excessive, le froid, et les écarts de température violents

Plus équilibré que le chanvre : La paille se décompose plus rapidement que le chanvre, ce qui permet de mieux nourrir le sol et sa vie, et de moins piocher dans les réserves du sol en azote au printemps.

Inconvénients :

Carbonée : la paille est plus équilibrée que le chanvre, mais elle reste un matériau carboné, capable de générer une faim d’azote.

Résidus de fongicides possibles : il est fréquent de retrouver des résidus de fongicide sur la paille, en fonction de sa provenance. Fongicides qui peuvent avoir un impacte négatif sur les précieux champignons mycorhiziens du potager.

Paillage en bâche plastique :

Avantages :

Durabilité : Il est très durable et peut durer plusieurs années.

Efficacité : Il empêche efficacement la croissance des “mauvaises herbes”.

Inconvénients :

Non dégradable par la vie du sol : le sol n’est donc pas enrichi au fil du temps. Il faut donc souvent faire intervenir des intrants (engrais)

Aspect : Moins esthétique et naturel.

Impact écologique : N’étant pas biodégradable, il peut contribuer à la pollution environnementale.

Paillage minéral (graviers, ardoises, …)  :

Avantages :

Durabilité : Quasiment permanente, ne nécessite pas de renouvellement.

Esthétiquement varié : Disponible en diverses couleurs et tailles.

Inconvénients :

Coût : Peut être plus coûteux, surtout pour les grands espaces.

Température : Les roches peuvent retenir la chaleur et élever la température du sol en été.

Comparaison avec le paillage en chanvre :

Le chanvre est biodégradable et contribue à l’amélioration du sol, tandis que les paillages minéraux ne fournissent pas ces avantages.

Le paillage en chanvre nécessite un renouvellement, contrairement au paillage minéral, parfois plus favorable pour des massifs permanents.

Il est essentiel de prendre en compte ces différentes caractéristiques et de les aligner avec les besoins de votre jardin. Chaque type de paillage a ses avantages, et le meilleur choix dépendra des besoins de votre projet et de votre espace.

 

 

Paillage à base de foin

Avantages :

Rétention d’eau : Le foin est très efficace pour conserver l’humidité du sol, réduisant ainsi les besoins en arrosage.

Protection thermique : Comme la paille, le foin offre une barrière naturelle contre les variations de température, protégeant les racines des plantes contre les chaleurs excessives et les gels.

Rapport C/N équilibré : une couche de foin de 20 cm peut tenir sur la saison, tout en se dégradant progressivement. Ce matériau équilibré est parfaitement adapté pour nourrir le sol et sa vie sans piocher dans les réserves d’azote du sol.

Favorise les organismes bénéfiques : Le foin peut encourager la présence de vers de terre et d’autres organismes qui améliorent la qualité du sol, notamment grâce à sa richesse en cellulose (la nourriture phare des vers de terre !).

Inconvénients :

Germination des graines : Contrairement à la paille, le foin peut contenir des graines qui, une fois au contact du sol peuvent germer et devenir des “mauvaises herbes” (si la couche de paillage est insuffisante, ou lorsqu’elles s’envolent).

Attraction de ravageurs : Le foin peut attirer certains insectes et animaux, notamment les limaces et les rongeurs, en quête de nourriture ou d’abri.

Décomposition rapide : Le foin se décompose plus rapidement que d’autres types de paillage, nécessitant ainsi des renouvellements plus fréquents. Ce qui est un avantage pour un potager est un inconvénient pour un massif de vivaces.

 

paillage de chanvre

Comment choisir le bon paillage pour votre jardin

Le paillage est une étape essentielle du jardinage, car il peut influencer directement la santé du sol et de vos plantes, la consommation d’eau et l’aspect général de votre espace. Cependant, avec autant d’options disponibles, comment déterminer laquelle est la meilleure pour votre jardin ? Voici quelques critères à prendre en compte :

Considération du type de plantes :

Légumes et fruits : Pour un potager, le paillage en foin, paille, BRF, ou en chanvre est souvent recommandé. Ils permettent de maintenir l’humidité, de contrôler la température du sol et de réduire la présence des “mauvaises herbes”.

Massif permanent : Au contraire, pour un massif permanent, souvent ornemental, le choix se tourne souvent vers des matériaux plus durables, à renouveler moins fréquemment voir jamais.

Plantes xérophiles : Pour les plantes qui préfèrent des conditions plus sèches, comme les cactus ou certaines succulentes, un paillage minéral est préférable car il favorise un bon drainage.

 

Besoins en eau :

Rétention d’eau : Si votre jardin a besoin de conserver l’humidité, optez pour des paillages comme le foin, le chanvre, ou la paille. Ces matériaux permettent de retenir l’eau, réduisant ainsi le besoin d’arrosage fréquent.

Drainage optimal : Pour les jardins nécessitant un drainage efficace, le gravier, les ardoises, ou le paillage plastique sont les mieux adaptés. Ils préviennent la rétention d’eau excessive, protégeant ainsi les plantes sensibles à l’engorgement.

Esthétique :

Apparence naturelle : Si vous recherchez un aspect naturel, le paillage au BRF, en paille ou en chanvre est sans doute le meilleur choix. Ils se fondent harmonieusement dans la plupart des paysages et se décomposent avec le temps, enrichissant ainsi le sol.

Aspect moderne : Pour un style plus moderne ou zen, vous pourriez préférer les paillages en gravier ou en ardoises, voire en écorces de conifères. Ils sont disponibles dans une variété de teintes et de tailles, vous offrant ainsi une grande flexibilité dans le design.

Couleurs et textures : L’esthétique ne se limite pas au style. Pensez aux couleurs et aux textures. Par exemple, une écorce de pin rougeâtre peut ajouter une touche de couleur à un jardin vert, tandis qu’un paillage de gravier blanc peut créer un contraste intéressant avec des plantes foncées.

 

 

Conclusion

A moins que vous ayez une exploitation de chanvre à proximité de chez vous, capable de vous fournir en abondance et à bas prix, je ne vois pas beaucoup d’intérêt au paillage de chanvre, quel que soit le contexte : 

Pour un massif ornemental permanent, il sera souvent plus intéressant de favoriser les matériaux durables ou permanents, et plus esthétiques, comme les paillis minéraux, ou les écorces de pins.

Pour un potager, il vaudrait au contraire mieux se tourner vers des paillages moins carbonés, moins chers, et plus facilement accessibles, comme la paille, mais surtout le foin.

Mais le choix reste à vous, et il y a sûrement des paramètres de contexte spécifiques que nous n’avons ici pas abordés, qui vous sont propres, et qui pourraient justifier un choix autre.

 

Articles en lien : 

Ou alors, vous pouvez télécharger gratuitement le PDF ci-dessous, sur les plantes à installer d’urgence au jardin (vous recevrez le lien personnel de téléchargement par email) : 

 Robin

Mes deux premiers potagers ont été de vrais fiascos.

Je m'étais appuyé sur des "guides potager" simples, faciles... Mais trop superficiels.

Je ne comprenais pas vraiment ce que je faisais.

J'obéissais bêtement à des "règles" dictés par certains.

Depuis, je cherche à comprendre.

Car ici, c'est le potager du POURQUOI. 

On se pose et se repose cette question, toujours, à chaque fois que l'on nous dit ce que nous devrions faire.

Pour être autonômes, libres, et confiants dans ce que l'on fait.

Et on se base, au maximum, sur des sources scientifiques. Ou très sérieuses.

Cliquez ici pour connaître l'histoire qui m'a mené ici..

filet à limaces en cuivre

Le filet à limaces : faites enfin la paix définitive avec les limaces.

Déjà 800 filets adoptés !

Les Formations

Des condensés d'informations uniques.

Que vous allez adorer.

illustration des différentes espèces de limaces

Formation continue : Apprenez, avec moi et en même temps que moi, les bases profondes pour créer un potager autonôme et productif.

Prix : gratuit

Le potager permacole : selon moi le meilleur magazine de jardinage du moment. À prix libre.

Articles en lien avec celui-ci (cliquez sur les images) :

marc de café pour les plantes
cendre dans le potager
urine au potager
peau de banane pour les plantes

Avez-vous aimé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour noter l'article !

Note moyenne / 5. Vote count:

Pas encore d'avis ! Soyez le premier à dire ce que vous en pensez !

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Leave feedback about this

  • Rating
Choose Image


Si vous voulez partager cet article :