Si vous voulez partager cet article :

()

La cendre dans le jardin, comme engrais : attention à son utilisation !

la cendre comme engrais dans le jardin

C’est l’époque des poêles et des cheminées, et donc de la cendre, qu’on amasse parfois par monticules.

On a tous envie de la réutiliser, notre cendre, en l’épandant dans le jardin.

Mais est-ce que c’est souhaitable ?

Quels sont ses bénéfices potentiels en tant qu’engrais, pour les plantes ?

Quels sont ses effets secondaires néfastes dans le jardin, sur le sol et les plantes ?

 

Quelle est la quantité précise de cendres qu’il faut épandre au jardin, pour bénéficier de ses effets positifs, sans pâtir de ses effets négatifs ?

 

J’essaierais, dans cet article, de répondre à ces questions, avec le plus de précision possible !

Vous découvrez mon site dédié à la permaculture ? 

Cliquez ici pour accéder à la page d’accueil, pour en comprendre les objectifs et les différenciations que je souhaite lui apporter, par rapport aux nombreux autres blogs à ce sujet. 

Note importante : la cendre n’est en fait pas un engrais mais un amendement. Par souci de simplicité, et surtout car tout le monde cherche “cendre engrais” sur google (pour que cet article soit visible, donc), je continuerais d’employer le terme “engrais”. Mes excuses pour cette imprécision volontaire.

 I. Intérêts de la cendre de bois dans le jardin : attention à son utilisation !

Mon objectif, dans cet article, c’est tout d’abord refaire un point sur la composition de la cendre, en isolant les nutriments essentiels (NPK) des autres, pour essayer d’y voir un peu clair (car oui, chaque « engrais » aura toujours des tas de nutriments potentiels à libérer, mais je pense qu’il est essentiel de se recentrer sur le principal, pour ne pas se perdre).

Je veux tenter d’expliquer, ensuite, les bénéfices et inconvénients que la cendre et sa composition amènent.

Puis, selon ses bénéfices et inconvénients, je voudrais partager un cadre d’utilisation.

 

1. Composition NPK de la cendre de bois : quels bénéfices potentiels de cet engrais ?

NPK cendre de bois comme engrais

Pourquoi commencer par ce point ?

Parce que c’est la composition NPK (azote, phosphate, potasse) d’un engrais, qui permet de voir quel pourraient être ses bénéfices pour les plantes.

Et oui, car les plantes ont besoin en majorité de ces trois éléments pour leur croissance, leur bonne santé, et la production de fleurs et de fruits.

D’autres éléments sont aussi parfois cités (magnésium, calcium, etc…), mais leur impact sur la santé des plantes est bien plus marginal. Se concentrer, à chaque fois, sur les composants NPK, permet de garder l’esprit clair, et de faire plus facilement des comparaisons rigoureuses, entre différents engrais.

Alors, quelle est la composition NPK de la cendre de bois ?

un point d'interrogation

La cendre de bois contient de 1 à 2 % de phosphore (c’est-à-dire 1 à 2 grammes de phosphore pour 100 g de matière sèche), et de 2 à 5 % de potassium (idem, 4 à 10 grammes de potassium pour 100 g de matière sèche). Elle ne contient pas d’azote.

Pour moyenner (c’est plus simple pour la suite du raisonnement), partons sur 1,5 % de phosphore, 3,5 % de potassium, et donc 0 % d’azote.

 

Mais attention, le NPK de la cendre n’est pas alors de 0-1,5-3,5 !!

 

En effet, comme je l’ai expliqué dans un précédent article (la peau de banane comme engrais miracle : info ou intox ?), dans l’indice NPK, le N signifie bien « azote », mais le P signifie « phosphate » et pas « phosphore », et le K signifie « potasse » et pas « potassium » (contrairement à ce qu’un certain nombre de sites internet laisse voir)

 

une idée

 

On a donc :

  • 1,5 % de phosphore qui correspond à 2 % de phosphate
  • 7 % de potassium qui correspond à 8,75 % de potasse ! C’est beaucoup !

Donc, le NPK de la cendre est N–P-K = 0 – 2 – 8,75

En comparaison, un engrais classique du commerce a un NPK autour de 1 – 1 – 1 (les engrais potassique vont parfois jusqu’à un K près de 6.

La cendre est donc très riche en potasse ! (En comparaison, la peau de banane, souvent citée pour son apport de potasse, a un N – P – K de 0,6 – 0.4 – 11,5 lorsqu’elle est sèche : c’est plus, mais il faut en manger des bananes pour obtenir une quantité similaire à ce qu’il est possible d’obtenir avec la cendre !).

La cendre est donc plus riche en potasse qu’une peau de banane séchée. Elle aussi riche en phosphate : deux fois plus que les engrais du commerce.

 

À noter, tout de même, que ces valeurs indiquent une présence de ces éléments dans l’engrais en question, mais ce ne sera pas forcément ce qui sera directement accessible aux plantes.

L’exploitation de ce potentiel nutritif par les plantes, dépend du taux de minéralisation de ces éléments, qui lui dépend de nombreux facteurs comme la température, l’humidité, l’intensité de la vie microbienne, le type de sol, le pH, etc …

Mais bon, cet indice est tout de même un bon indicateur des apports potentiels d’un engrais, pour les plantes du jardin.

test NPK sol

Une chose, trop souvent oubliée, est pourtant très importante : si votre sol n’est pas carencé en phosphate ou potasse, il ne sert à rien de lui apporter ces éléments ! Trop de potasse par exemple, dégrade l’assimilation de nombreux éléments nutritifs essentiels aux plantes (mais bon, si vous faites un apport très modéré ça ne sera pas très génant).

Avant tout, testez donc votre sol à l’aide d’un test NPK que l’on trouve assez facilement en magasin.

C’est quelque chose qui est trop souvent oublié sur de nombreux sites de jardinages qui partagent des engrais « miracles » sans contextualiser leur utilisation.

 

Excepté l’indice NPK, un autre indice est considéré essentiel en jardinage : le pH.

2. PH de la cendre de bois, et impact de cet engrais sur le sol du jardin

Le pH de la cendre est très élevé (proche de 12). Le pH d’un sol, en moyenne, est de 6.

Donc, une application de cendre dans votre jardin aura comme conséquence une alcalinisation de ce sol : c’est-à-dire une augmentation du pH du sol.

Si vous avez des plantes acidophiles, ou une terre au pH déjà élevé (sol calcaire), limitez voire évitez d’épandre votre cendre au jardin (ou alors, si vous trouvez vraiment dommage de jeter votre cendre de bois, vous pouvez tenter de faire vos propres expériences et d’en tirer vos propres conclusions (mais il y a peu de chance que ce soit très convaincant)).

le pH de a cendre dans le jardin

Voici un tableau qui vous montre bien que, dans tous les cas, le pH de votre sol devra être compris entre 4 et 7,5, idéalement entre 6 et 7. Cela ne dit pas que vous ne pourrez pas avoir d’échalote et d’asperge dans un même jardin. Mais que votre sol ne pourra pas être idéal pour ces deux cultures, ce qui n’empêche pas d’en avoir. 

la cendre pour les plantes acidophiles

Source: http://www.monjardinenpermaculture.fr/pages/le-ph-du-sol , tiré du livre de Rosemary Morrow, comme noté ci-dessus.

 

On dit parfois que l’effet alcalinisant de la cendre peut être compensé par un autre apport de matière à effet acidifiant : en pratique, c’est bien plus difficile que ce que l’on croit.

 

Prenons un exemple :

Imaginons que votre sol ait un pH de 6 (la moyenne pour un sol, donc, et ce qui convient à la majorité des plantes).

Imaginons que vous souhaitiez apporter 1 kg de cendres pour 1 mètre carré de votre jardin (c’est beaucoup, mais si on ne se méfie pas on y arrive vite).

Comme le pH de la cendre est de 12, pour compenser cette alcalinisation (et donc permettre au sol de rester à un pH de 6), il vous faudra apporter la même quantité d’amendement à un pH théorique inférieur à 1 (!), ce qui n’est d’ailleurs pas possible. On voit bien que chercher à compenser l’apport de cendre est vain.

 

En fait, la seule chose à faire (si le pH de votre sol est idéal ou basique), est de limiter  l’épandage de cendres : une faible quantité de cendres dispersées sur le sol (dont la masse sèche est d’un autre ordre de grandeur), n’aura pas beaucoup d’impact sur son pH.

la cendre augmente le ph du sol 

Mais, dans le cas général, et en plus des préférences par plantes : quelles sont les conséquences d’une augmentation du pH de votre sol ?

  • Les nutriments sont plus difficilement dissouts, et sont donc moins facilement accessibles aux plantes
  • L’absorption du phosphore et d’autres minéraux (manganèse, fer, …) est réduite

 

Sachant tout ça, comment utiliser la cendre comme engrais au jardin ?

C’est ce que nous allons voir tout de suite !

Robin

Robin

Nous sommes au printemps 2020. 

Confiné chez moi, je démarre mon premier potager en permaculture.

Je rêve de tomates énormes. De courgettes à ne plus savoir qu’en faire. 

Je rêve déjà de leur goût, si unique, d’autosuffisance. 

Pour me former, j’achète un livre simple et accessible. Et je surf sur les blogs.

Je me mets à appliquer les “recettes du succès” d’un potager productif.

Mes plants poussent. Grandissent. Tout se passe à merveille. Quel pied ! Tout est si simple !

Mais, à l’orée du bois, le fiasco m’attendait.

Des tomates minuscules. Des courgettes dévorées. Des plants de pommes de terre à la production ridicule, puis attaquée de toutes parts. 

Déception. Découragement.

POURQUOI ça n’a pas fonctionné ? J’ai suivi les consignes à la lettre ! 

C’est un peu lourd, parfois. Mais je n’accepte pas, de ne pas comprendre. Une sorte de curiosité insatiable.

Je me suis alors lancé dans une sorte de "périple". 

Le périple du POURQUOI.

Comment faire en sorte d’être sûr que des informations données, trouvées çà et là, fonctionnerons pour nous ? 

Pour plusieurs sujets types, j’ai fait mes recherches :

On dit que le marc de café est un superbe engrais : POURQUOI ? Vérifions.

On dit que les coquilles d'œufs empêchent les limaces d’attaquer nos plantes ? POURQUOI ? Vérifions.

On dit que …

À force, j’ai fini par comprendre ce qui avait fait défaut, lors de la création de mon premier potager : je n’étais pas allé dans le fond des choses. Je ne m’étais pas demandé POURQUOI à chaque affirmation, à chaque “recette de la réussite”. 

Et donc, à l’époque, je ne m’en étais pas rendu compte : certaines de ces affirmations étaient fausses (le marc de café, les coquilles d’œufs), d’autres trop peu précises (rendant les erreurs possibles), d’autres encore, étaient trop dépendantes d’un contexte d’utilisation.

J’ai donc fini par comprendre POURQUOI mon potager avait été un fiasco.

Mais surtout, j’ai tiré de cela une leçon. Une méthode, pour enfin être sûr de chacune de mes actions, de chacun de mes choix au potager. D'avoir, enfin, cette confiance.

Cette méthode est simple : 

1- J’ai un problème récurrent au potager, et je cherche une information vraie et fiable à ce sujet.

2-Sur cette question, j’oublie tout ce que je sais déjà (ou ce que je pense savoir)

3-Je rassemble le maximum de sources sûres et solides pour y répondre (articles scientifiques, livres sérieux, organismes d'autorité (INRA), …)

4-Je compare les informations de ces sources, et tente de remarquer des concordances majeures, des "unanimités".

Lorsque ce n’est pas le cas, je le mentionne, pour le garder à l’esprit

Je note mes sources

5- Je synthétise, et j'en tire l'essentiel

Ce que je vous propose, avec ce blog, c’est avancer ensemble à ce niveau.

Avancer ensemble vers la démystification du potager.

Avancer ensemble, vers la construction de bases théoriques saines, solides, et parfaitement claires.

Je vous partage mes questionnements actuels, mes recherches, et mes résultats.

Pour, ensemble, que nous arrivions à construire notre potager productif, autonome, et résilient. 

Tout en comprenant POURQUOI cela fonctionne.

Je ne suis pas expert en agroécologie. Je ne suis pas maraîcher professionnel.

Mais je prends beaucoup de plaisir à aller chercher, trier, regrouper, et synthétiser, les meilleures informations existantes. 

Pour répondre, une bonne fois pour toutes, aux questions que l’on se pose tous.

Vous êtes ici sur mon blog, “Springday, Le Potager du Pourquoi”.

Et je vous souhaite une agréable lecture 😉

Les Formations

Des condensés d'informations uniques,

que vous allez adorer.

(Cliquez sur les images)

illustration des différentes espèces de limaces

Formation 1 : gérer (intelligemment et définitivement) les limaces au potager

Prix : gratuit

illustration des différentes espèces de limaces

Formation 2 : Apprenez, avec moi et en même temps que moi, les bases profondes pour créer un potager autonôme et productif.

Prix : gratuit

formation abri chauve souris

Formation 3 : accueillir des chauves-souris à coup sûr

Prix : 3 €

 II. Comment utiliser la cendre comme engrais dans le jardin ?

comment utiliser la cendre dans le jardin ?

1. La cendre dans le jardin : quelles quantités pour que cet engrais ne soit pas néfaste ?

quelle quantité de cendre faut il mettre dans le jardin

–> Réponse : tout dépend du pH de votre sol !

 Chaque année :

– SI votre sol est basique (pH > 8) : ne mettez tout simplement pas de cendre sur votre sol !

– Si votre sol est neutre (pH entre 6 et 7) : ne mettez pas plus de 2 poignées de cendre par mètre carré ! Soit 70 à 100 g (2 grosses poignées) par mètre carré et par an ! (Oui par an !) (cette source préconise par exemple 9 kilos pour 100 mètres carrés (donc 90 grammes par mètre carré), pour un sol au pH de 6.5. Pour un pH inférieur, vous pouvez doser selon le haut de cette fourchette (voir augmenter légèrement la quantité), pour un pH supérieur, doser selon le bas de cette fourchette  : )

– Si votre sol est acide (pH < 6), et que vous voulez le rehausser un peu : vous pouvez aller jusqu’à 1 boite de conserve par mètre carré.

 

Cette quantité de cendre réduite, permet :

  • De bénéficier de sa richesse en phosphate et en potasse (la potasse booste la production de fleurs, de fruits, et de légumes) : l’intérêt de cette faible quantité est que, même sans carence initiale en potasse, il n’y a pas vraiment d’effet secondaire lié (lié à l’excès de potasse, qu’on a exploré plus haut) à craindre (même si tester la terre reste important, en général, comme vu plus haut).

Au contraire, si vous épandez une quantité plus importante de cendres sur le sol, voici les conséquences possibles :

  • Comme déjà vu, l’équilibre chimique du sol peut être déréglé (dû à la présence de la chaux dans la cendre, et à un potentiel excès de potasse)
  • Comme déjà vu, trop de cendres entraîne une augmentation du pH du sol, ce qui peut avoir des effets néfastes : les nutriments sont moins facilement accessibles aux plantes, et l’absorption du phosphore et d’autres minéraux par les plantes est réduite. Ces effets néfastes seront d’autant plus importants si vous avez des plantes acidophiles ou un sol calcaire (au pH élevé)
  • Trop de cendre peut détruire l’humus, et entraîner la libération de l’azote sous forme gazeuse : et donc entraîner une chute du taux d’azote de votre sol
  • Trop de cendre en surface du sol, peut l’asphyxier
  • Perturbation de la faune du sol

Bref, dans la grande majorité des cas, mieux vaut ne pas dépasser les 2 poignées par mètre carré 😉

2. La cendre dans le jardin : à quelle période de l’année faut-il utiliser cet engrais ?

a quelle periode faut il utiliser la cendre comme engrais dans le jardin ?

L’idéal est de garder votre cendre pour l’épandre en Mars/Avril (pour que celle-ci n’ai pas trop été lessivée par les pluies), mais vous pouvez aussi en épandre durant l’automne et l’hiver (mais alors en la mettant directement sur votre paillage, ce qui limite ce lessivage).

Attention à ne pas épandre de la cendre en période de germination, sur des zones de semis : la cendre contient du sel, qui bloque le phénomène de germination. Le sel contenu ne semble pas être assez important pour être directement néfaste aux plantes adultes, comme peut l’être le gros sel.

 

3. Attention à la provenance de la cendre, avant d’épandre cet engrais dans le jardin

ne jamais utiliser la cendre de charbon de bois dans le jardin

Il ne faut utiliser que de la cendre de bois non traité !!

Surtout, ne pas non plus utiliser de cendre de bois peint, ou encore des cendres de charbons (les charbons de bois du commerce sont très souvent traités pour être rendus inflammable).

L’effet sur vos plantes et votre sol sera uniquement néfaste !

 

III. Quoi faire de la cendre en surplus ?

C’est vrai que, étant donné les quantités minimes à utiliser au jardin, il est aussi bien de savoir quoi faire du superflu, car un poêle à bois, par exemple, produit beaucoup de cendre durant un hiver.

La première solution, c’est de réutiliser ! La cendre est par exemple utilisée parfois pour la fabrication de lessive faite-maison. Vous pouvez donc faire un stockage dédié à cette ré-utilisation.

Mais il y en a d’autres, des réutilisations  possibles (et donc des stockages de cendre dédiés) :

  • Pour laver les vitres avec du papier journal
  • Pour dégraisser de gros plats
  • Pour faire briller l’argenterie et les cuivres (si vous en avez)

Voici un article dédié à ces utilisations autres qu’au jardin, bien plus complet que ma petite énumération : https://www.consoglobe.com/faire-cendres-bois-cheminee-3873-cg

Et si vous n’êtes pas intéressé par cette réutilisation, ou qu’il y a toujours du surplus ? 

Alors, je ne vois que deux dernières solutions :

  • Stocker la cendre dans un coin dédié du jardin, si possible assez loin des zones enherbées et cultivées, si possible sur une section un peu “morte” du jardin.
  • Mettre la cendre avec les ordures résiduelles : elle sera enterrée avec les ordures, à vous de contre-balancer avantages et inconvénients de ces deux possibilités

Conclusion

attention si vous utilisez la cendre de bois dans le jardin

La cendre a des propriétés NPK qui permet de l’inclure dans la catégorie « engrais » : elle est riche en phosphate, mais surtout en potasse.

La cendre peut aussi avoir de nombreux effets néfastes pour votre sol, et pour vos plantes, si épandue en trop grande quantité :

  • Elle alcalinise le sol (augmentation du pH)
  • Elle peut dérégler l’équilibre chimique du sol : dû à sa composition (forte concentration en potasse), mais aussi à l’augmentation du pH, qui est un levier de dérèglement chimique supplémentaire : réduction de l’absorbabilitée des nutriments par les plantes
  • Destruction possible de l’humus, et chute du taux d’azote du sol
  • Asphyxie du sol
  • Perturbation de la faune du sol

Un épandage en quantité de 2 poignées par mètre carré et par an (!), permettrait de limiter ces effets secondaires, tout en exploitant les bénéfices de cet engrais.

Attention donc de ne pas avoir la main lourde, lorsque vous mettez de la cendre dans le jardin !

Merci d’avoir pris le temps de lire 😊, j’espère que cet article vous aura intéressé et appris des choses que vous pensez utiles. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je suis à l’écoute de tout ce que vous aurez à me partager, car cela ne peut qu’enrichir ce document. Faites-moi parvenir vos idées, je compléterai cet article avec plaisir, afin qu’il soit le plus complet possible.

comment utiliser la cendre dans le jardin ?

Avez-vous aimé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour noter l'article !

Note moyenne / 5. Vote count:

Pas encore d'avis ! Soyez le premier à dire ce que vous en pensez !

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

52 Commentaires

  1. Véronique

    Merci, je vais, de ce pas le faire lire et apprendre par coeur 😁. J’avais bien constaté que le sol etait completement stérilisé lorsque les cendres etaient déversées en tas dans le jardin😓

    Réponse
    • Robin

      Merci à vous 😊

      Réponse
      • Chris

        Article très intéressant et à priori très complet. A lire pour ceux qui utilisent la cendre au potager

        Réponse
    • Thomas

      Bonjour , j’ai entendu aussi qu’il valait mieux ne pas utiliser la cendre tout de suite et la laisser reposer plusieurs mois voir une année avant de l’épandre sur son sol. Des avis à ce sujet ?

      Réponse
      • Robin

        Bonjour, ça m’étonne beaucoup ! Car la cendre ne se décompose pas..

        Réponse
  2. Damien de Villèle

    Merci de ce regard bienveillant des cendres (ou pas) au jardin. Cela peut éviter de faire des bêtises…

    Réponse
    • Robin

      Merci à vous 😊

      Réponse
  3. michel

    Merci s vous très très intéressant.
    Bonne journée a vous les jardiniers

    Réponse
    • Robin

      Merci 😊
      Bonne journée à vous aussi

      Réponse
  4. Anne-Sophie

    J’ai utilisé la cendre à plusieurs reprises pour empêcher un arbre coupé de faire des rejets.
    C’est ce que j’ai trouvé de mieux pour me débarrasser de petits arbres que j’avais beau couper et qui revenaient de plus en plus larges sous forme de rejets.
    Je verse un seau de cendre de manière à complètement recouvrir de quelques cm les troncs coupés. Après 1 an ou 2, plus de vie, plus de rejets. J’enlève la cendre, je l’élimine, je couvre la zone avec de la matière organique et la vie reprend son cours.
    Sinon, j’aurais aussi pu dessoucher, mais c’est plus difficile quand il y a tout près d’autres arbres, arbustes ou plantes avec racines. Ca n’a pas ennuyé les autres plantes.

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Anne-Sophie, merci beaucoup pour votre témoignage très intéressant 🙂
      Bonne journée

      Réponse
    • Gabrielle

      Merci

      Réponse
        • Camurac

          OK pour le jardinage, merci.
          Mais quel usage dans les prairies et pâtures ? Super, merci.

          Réponse
          • Robin

            Bonjour, il en va de même pour les prairies et pâtures : tout dépend de l’acidité de votre sol !

            Bonne journée
            Robin

  5. Manon

    Bonjour et merci pour cet article.
    J’ai une zone de mon jardin qui est envahi de fougères chaque été (j’ai un terrain avec chênes châtaigniers et anciens pins) d’après votre article c’est plutôt signe d’un sol acide, est ce qu’utiliser de la cendre pourrait être pertinent pour transformer cette zone en prairie ?

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Manon, merci à vous !

      Difficile à dire.. Je ne pense pas qu’alcaliniser le sol suffise à tout changer, mais vous pouvez essayer, en restant modérée sur les quantités de cendre utilisées (commencez par la dose classique + un petit peu), pour ne pas tuer la vie du sol.. Mais ça ne sera en tout cas pas immédiat, il faudra du temps.
      Bonne journée
      Robin

      Réponse
    • Ghm

      Attention à ne pas jouer les apprentis sorciers, chaque biotope a ses avantages et ses inconvénients, abrite (et s’appuie sur) une biodiversité (visible ou invisible) particulière, et parfois unique … il vaut mieux s’y adapter que d’essayer de le changer ! 😉

      Réponse
  6. Hilary

    Merci pour l’article. Defois je mit des cendres dans les bacs de compost. Apres ton article, j’imagine que ce n’est pas un bon idea car ca peut tuer les micro-organismes.

    Réponse
    • Robin

      Bonjour, non vous pouvez mettre un peu de cendre dans le compost, mais en quantité très très réduite 🙂

      Réponse
  7. catherine P.

    Bonjour, j’utilise les cendres pour enlever la mousse qi devient envahissante par rapport à l’herbe.Mais tous les ans il faut recommencer. Est ce que je n’ai pas l’effet inverse, à terme? merci

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Catherine, désolé de ma réponse très tardive.. Que voulez-vous dire par “effet inverse” ?

      Réponse
  8. FV

    Bonjour!
    Votre blog est rempli de choses intéressantes et intelligentes, bravo pour votre travail et merci pour votre partage.
    Concernant les cendres, on peut les ajouter au sable ou à la terre pour le bain de poussière des cailles et des poules

    Réponse
    • Robin

      Bonjour, merci beaucoup ! 😊

      Merci de votre partage de connaissance à ce sujet, ça en intéressera sûrement certains, beaucoup de permacoles ont aussi des poules ! 🙂

      Réponse
  9. Seb

    On dit souvent que mettre des agrumes au compost acidifie le compost.
    En hiver on consomme beaucoup d’agrumes et on produit beaucoup de cendres.
    Ne serait-ce pas une bonne idée de compenser l’acidité des agrumes par l’alcalinité de la cendre dans le compost ?

    Réponse
    • Robin

      Bonsoir, théoriquement oui. Mais en pratique, le souci sera que vous risquez de vous retrouvez avec un compost dans lequel il ne reste plus que de la cendre et des agrumes, car les deux se décomposent (se “transforme” serait plus approprié dans le cas de la cendre) très lentement. La cendre dans le compost, c’est comme les agrumes : en petites quantités !

      Réponse
      • Patrice

        Bonjour et merci pour vos conseils . Gaffe malgré tout aux épluchures d’agrumes généralement très traités qui risque de polluer votre compost. a moins de n’acheter que des fruits bio…

        Réponse
  10. georges

    J’ai un sol argileux, et plutôt calcaire, que faire pour l’amender?

    Réponse
    • Robin

      Bonjour, pour l’aspect calcaire, vous pouvez apporter un amendement acide, de minéral ou organique, au choix : pour un amendement minéral, le soufre, en quantité de 500g pour 100m^2 (selon la source (qui me semble sérieuse) dont je vous met le lien plus bas). Pour un amendement organique, un fumier bien composté.

      (La source de ces propos, sur ce sujet que je n’avais pas encore creusé : https://www.jardipartage.fr/lamendement-du-sol-une-question-de-ph/ )

      Ensuite, et ça vaudra aussi pour l’aspect argileux : il faut créer de l’humus : pour cela, utilisez un paillage bien équilibré, comme le foin, en épaisseur de 20 cm tassé : j’ai moi aussi un sol argileux, et niveau économie d’arrosage et humus (et donc qualité du sol), vous verrez la différence !

      Bonne soirée

      Réponse
  11. Séverine Delfosse

    Bonjour, la cendre est très utile dans un petit bac, pour aider les poules à se nettoyer de leurs puces.
    C’est un bon désodorisant aussi pour ceux qui ne ramassent pas les crottes de leur chien (ou chat) dans l’herbe.

    Réponse
    • Robin

      Bonjour, merci beaucoup pour le complément 😊 Je vais essayer de rajouter ça dans l’article

      Réponse
  12. Elo

    Bonjour. Je garde la cendre pour mettre à mes cailles, elles adorent ça, ça les aide à se débarrasser des petits parasites dans leur plumage

    Réponse
    • Robin

      Bonjour, merci du complément d’information ! 😊

      Réponse
  13. AnneZaza

    Bonjour. Je chauffe exclusivement au bois (2 poêles) donc j’ai beaucoup de cendres. Je les utilise essentiellement pour mes poules. Le bain de poussière dans les cendres de bois les débarrasse des poux malophages et de nombreux parasites. Bonne journée.

    Réponse
    • Robin

      Bonjour, merci pour le complément 😊

      Réponse
  14. Chantal

    Bonjour
    J’ai par endroit beaucoup de mousse dans mon pré. On m’a recommandé de la cendre. Qu’en pensez vous ?
    Chantal
    ¹

    Réponse
    • Robin

      Bonjour,
      En effet la mousse aime les terres acides, et un épandage de cendres peut permettre de relever (un peu) le pH du sol. Donc, les conditions seront moins “idéales” pour la mousse. Néanmoins, restez toujours très mesurée sur les quantités épandues, pour les autres raisons (hors pH) que j’évoque dans l’article 🙂

      Réponse
  15. Guyon

    Merci beaucoup pour ces informations. Je me pose la question suivante concernant la lessive de cendre : le pH basique peut il être néfaste pour l’environnement (notamment à travers les eaux usées ) ? Est ce que la potasse contenue dans la lessive pourrait avoir cet effet là ? Merci beaucoup

    Réponse
    • Robin

      Merci à vous 😊
      Difficile de répondre précisément et assurément à cette question, car je n’ai pas creusé la littérature scientifique à ce sujet. Mais, étant donné le nombre de projet que je vois se monter à base de lessive à la cendre (100% écologique et respectueuses), il y a plutot fort à parier que les cendres n’ont a priori pas d’effet néfaste sur l’environnement si rejeté dans les eaux usées. J’imagine que des études sérieuses ont dû vérifier ça..
      Et puis, dans tous les cas, il me semble assez évident que ce sera bien moins nocif que la lessive traditionnelle, même écologique

      Réponse
  16. K1000

    Bonjour !

    On peut aussi se servir de la centre (tamisée) pour faire des badigeons sur les troncs des fruitiers (un peu comme la chaux) ça les protège de certains parasites tels les pucerons, il suffit d’en faire une pâte en la mélangeant avec un peu d’eau 🙂
    Le mieux c’est de faire ça en début d’année, vers janvier-février (et ça tombe bien, on a plein de cendre à ce moment là ^^ )

    Réponse
    • Robin

      Merci beaucoup Camille pour ce commentaire ! Je ne connaissais pas cette pratique 🙂

      Réponse
  17. Manu

    Merci pour toutes ces infos, on m’a dit que la cendre permettait de réduire la mousse présente dans le gazon, mais je ne vois pas d’effet. Qu’en pensez-vous?

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Manu, on dit cela car la cendre serait sensé relever (après applications longues et régulières) le pH d’un sol. Les sols alcalins étant moins favorables à la mousse que les sols acides.
      Pour autant, il est en général très difficile de faire concrètement élever le pH d’un sol, qui est très stable. Il faut peut-être songer à agir sur la mousse selon un autre procédé naturel, mais je n’ai pas assez de connaissance sur le sujet pour vous conseiller pertinemment 🙂

      Réponse
  18. Bénédicte

    Bonjour,

    J’ai pensé mettre un tout petit peu de cendre ( 10g dans 1 litre d’eau ) pour arroser 2 citronniers en pot dont les feuilles sont jaunies et même un peu tordues. Qu’en pensez-vous ?

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Bénédicte, 10 g par litre, aucun souci, sauf cela est fait à chaque arrosage.

      En quantité limité, ça apportera de la potasse aux citronniers !

      Bonne soirée
      Robin
      PS : désolé pour la réponse supeer tardive, j’ai vraiment été très très occupé ces temps-ci..

      Réponse
  19. RIVELA

    Bonjour,

    et merci pour toutes ces infos.
    Je fabrique depuis plusieurs années un engrais minéral écolo (et empirique) pour mes rosiers :
    dans un arrosoir de 10l , je verse 1l d’urine humaine et une cuillère à soupe bombée de cendres tamisées.
    J’arrose les rosiers au pied sur le paillage, au printemps et en été, toutes les 3 semaines environ.
    L’urine apporte l’azote et la cendre la potasse.

    J’ai 60 rosiers dans mon jardin, les roses sont belles et mes rosiers vigoureux.
    J’ai l’impression de respecter finalement à peu près les proportions de cendre que vous indiquez et ça marche plutôt bien chez moi, (près d’Annecy à 500m d’altitude).
    Et j’apporte aussi du compost en automne bien sûr !

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Catherine, c’est une superbe idée, je n’y avais pas pensé !

      En effet, l’urine apporte beaucoup de N et pas de P ni de K (ou très peu), et c’est l’inverse pour la cendre (surtout en K).

      K important pour une bonne fructification/floraison.

      Pour des apports spécifiques en potasse, les jardiniers traditionnels (et/ou les pros) utilisent souvent des scories potassique (un engrais) : très pauvre en azote (c’est du minéral), mais très riche en potasse.

      Je crois que vous avez trouvé une alternative intéressante !

      Il faudrait comparer l’utilisation de cendre raisonnée VS celle de scories potassique, les résultats pourraient être très apprenants.

      Merci de votre super commentaire 🙂

      Bonne soirée
      Robin

      PS : désolé pour la réponse supeer tardive, j’ai été très très occupé ces temps-ci, et je voulais prendre le temps de vous répondre correctement

      Réponse
  20. Vincent

    Bonjour Robin
    Dans le livre « L’urine de l’or liquide au jardn » il dit que le NPK de la cendre de 0/1,5/8 est dejà en N/P2O5/F2O (p88)
    Du coup je ne sais pas lequel de vous 2 a raison 😉

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Vincent, en effet, vous avez absolument raison : je ne trouvais plus ma source (j’aurais dû la noter), mais c’était probablement une erreur : pour être sûr, j’ai refait les calculs à partir des valeurs en potassium et phosphore pures données par Didier Helmstetter dans son livre “réussir son potager du paresseux” : en effet, au final je tombe sur une valeur NPK de 0 – 2 – 8,75.

      Merci d’avoir corrigé !

      Bonne journée
      Robin

      Réponse
      • Oliv

        Heu, en postant mon commentaire dnas les commentaires généraux, je vois celui de Vincent, avec cette réponse, et…
        Si comme le dit Vincent ces 0 / 1,5 / 7 sont en N / P2O5 / K2O, alors le NPK c’est.. Ben…. 0 – 1,5 – 7.
        Le “2” que vous accordez au P semble donc venir d’une conversion de P2O5 vers HPO4-2 (je trouve 2,03) et ne correspond donc pas (plus) au NPK (mais bien aux phosphates).
        Quand au “8,75” que vous accordez au K, je sèche? D’où cela peut-il bien venir ?
        Masse molaire K = 39,0983 g
        Masse molaire K2O = 94,196 g
        Masse molaire KOH = 56,1056 g
        Masse molaire K2CO3 = 138.2055 g
        Et les deux derniers (potasse et anciennement potasse) n’auraient de toute façon rien à voir dans l’histoire…

        Réponse
  21. Oliv

    Bonjour,
    Quelques confusions et erreurs concernant toute cette histoire de NPK.

    Oui, N repésente l”azote élémentaire N, quand P NE représente PAS le phosphore élémentaire P, ni K le potassium élémentaire K.
    Après, c’est tout faux.
    Parce que P ne représente pas non plus les phosphates (de formules H2PO4- et HPO4-2) mais P2O5, qui est une formule théorique sans existence réelle.
    Et parce que K ne représente pas non plus la potasse (de formule KOH, qu’on appellait potasse caustique autrefois) ni le carbonate de potassium (de formule K2CO3, qu’on appellait potasse autrefois), mais K2O, l’oxyde de potassium.

    Quant aux conversions :
    – 1 unité de P = 2,2913619 unités de P2O5 = 3,09872924 unités de HPO4-2.
    – 1 unité de K = 1,2046048 unités de K2O (aucun interêt de convertir vers la potasse, c’est bien K, ou du moins l’ion K+ que les plantes mangent).

    0% d’azote avec 1,5 % de phosphore et 7% de potassium donne donc un NPK de 0 – 3,44 – 8,43

    Réponse

Laissez une réponse à RIVELA Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Si vous voulez partager cet article :

Non, attendez.

 
Si vous voulez recevoir :
-L’infographie des méthodes permas (efficaces vs non-efficaces) pour jardiner avec les limaces
-Le tableau récap’ des plantes utiles à avoir au jardin, en général (et quels auxiliaires elles attirent, quels “ravageurs” elles repoussent)
- L’effet du marc de café en résumé visuel
- Des questions de jardinage exclusivement détaillées par (gros) emails peu fréquents
 
(C’est aussi un moyen pour moi de voir que ces articles vous plaisent :) )
 
 
Vous pouvez mettre ici votre email auquel j'envoie tout ça.
 
Mais ne vous y sentez pas obligé !

C'est fait ! Courrez voir votre boite mail ! Si vous ne recevez rien, pensez à regarder vos spams