Si vous voulez partager cet article :

()

Le canard coureur indien contre les limaces et les escargots : bonne ou mauvaise idée ?

les canards coureurs indiens permettent de se débarrasser naturellement des limaces

Quel est l’impact de canards coureurs indiens sur une population de limace ? Comment les accueillir au jardin ? Quels sont les coûts personnels et financiers, et quels sont les effets secondaires pour le système jardin ?

Je tente de répondre à ces différentes questions, au sein de cet article !

Avant de commencer, si ça vous intéresse, voici l’article sur l’ensemble des prédateurs des limaces.

les prédateurs des limaces

Voici l’organisation de la sous-section “attirer les prédateurs” de la partie “contrôle des limaces” de mon site web.

Contenus masquer
Le canard coureur indien contre les limaces et les escargots : bonne ou mauvaise idée ?
les canards coureurs indiens permettent de lutter contre les limaces et les scargots
les canards coureur indiens permettent de lutter contre les limaces en permaculture

I. Présentation du canard coureur indien, et son intérêt pour la régulation des limaces au potager en permaculture

les canards coureurs indiens permettent de se débarrasser naturellement des limaces

Cette race est issue des canards colverts, d’où la forte ressemblance avec ces derniers. Il serait issu d’Asie, et se différencie des autres espèces par sa posture haute sur pattes, qui nous donne l’impression qu’il est constamment en train de courir.

Cette espèce de canard est reconnue pour être particulièrement friande de limaces et d’escargots. Mais ces canards dévorent aussi tout autre petit insecte qu’ils trouveraient à proximité, ainsi que des végétaux (voir la partie « leur alimentation »). Pour les aider à chasser les gastéropodes, le mieux est de les lâcher au sein du jardin, aux moments les plus propices à l’apparition des baveux : tôt le matin, le soir, et par temps humide ou pluvieux. Attention à bien rentrer les canards dans leur abri clôturé avant la nuit (j’y reviens dans la partie « abri et clôture »), car ils risqueraient de se faire croquer par un renard, une fouine, ou une martre.

Les canards coureurs indiens sont une très bonne alternative à de nombreux anti-limaces peu souhaitables (granulés anti-limaces, pièges à bières : voir pourquoi dans la partie VII de cet article), et sont de plus en plus adoptés au sein des jardins en permaculture.

II. Comment héberger des canards coureurs Indiens dans un jardin ?

a. Canards coureurs indiens mâles ou femelles ? Comment choisir ses canards

héberger des canards coureurs indien permet de lutter contre les limaces

Les canards coureurs indiens sont des animaux sociaux, et pour cette raison, il est important d’accueillir au moins 2 individus. Plusieurs mâles se supportent, et si vous ne voulez pas de couples (ni accueillir une femelle plus tard), ou pas d’œufs, accueillir deux mâles est tout à fait possible. Pour plus d’individus, la proportion à conserver est de 1 mâle pour 2 femelles.

 

 b. Le canard coureur indien fait-il beaucoup de bruit ?

Le canard coureur indien fait-il du bruit ? Fait-il trop de bruit ?

Beaucoup de personnes, avant d’investir dans un couple de canards coureurs indiens, se posent la question du bruit : est-ce que les bruyants cancanements (et oui, le canard cancane 😉 ) de mes canards vont me gâcher mes après-midi de détente dans mon jardin ? Est-ce que ce sera enfin une raison à mes insupportables voisins pour me poursuivre en justice ? (Sans rire, une éleveuse de canards à déjà été poursuivie en justice à cause du bruit de ses canards, même si l’histoire ne dit pas s’il s’agit de canards coureurs indiens).

Pour les poursuites en justice, rassurez-vous, c’est un cas exceptionnel, et la pauvre éleveuse devait avoir un sacré lot de canards.

Pour vos après midi de sieste au jardin, tout dépend si vous êtes du style à mettre l’horloge de votre chambre dans la pièce d’à côté, lorsque vous êtes invité à dormir chez des amis ?

Parce que bon, ce n’est pas bruyant à l’extrême, mais on les entend tout de même les gaillards, constatez par vous-même :

 

c. Quel espace pour le canard coureur indien ?

Un couple de canards coureurs indiens est généralement suffisant pour débarrasser 1000 mètres carrés de jardin de ses limaces.

Concernant leur espace de jour, voyez grand : entre 500 et 1000 mètres carré minimum, pour un couple. C’est à la fois l’espace qui est nécessaire à leur bien être, et l’espace nécessaire à la survie de votre jardin.

Car oui, attention à ne pas voir trop petit, car ils peuvent rapidement transformer une pelouse en une flaque de boue. En effet, les canards issus des canards colverts (comme l’est le canard coureur indien), salissent plus le terrain que les autres espèces. Personnellement, j’ai déjà eu des canards (autres que colverts), et l’état du jardin s’en ressentait déjà beaucoup…

Pour plus d’un couple, plus d’espace n’est pas nécessaire à leur bien être, mais ce le sera pour garder un jardin en bon état.

 

Concernant l’espace nécessaire pour leur abri nocturne (voir le paragraphe suivant), il faut compter 2 mètres carrés par canard.

d. Quel abri pour le canard coureur indien ?

un abri pour héberger les canards coureurs indien et lutter contre les limaces

Cet abri est trop petit, même pour un couple, il faudra créer un parc protégé qui l’entoure, et laisser la porte ouverte pour rendre l’accès possible entre l’abri et ce mini-parc. 

 

On dit parfois que le canard coureur n’a pas besoin d’abri, mais ce n’est pas vrai… enfin, pas vraiment. En fait, il n’a pas besoin d’abri pour son « bien-être », mais il est nécessaire que vous lui en offriez un où le rentrer chaque nuit, car sinon, il y a de grandes chances pour qu’il se fasse manger tout cru par les prédateurs (renards, fouine, ou martre).

La cane a aussi besoin d’un abri si elle doit couver ses œufs.

Leur petit chez-eux devra se trouver au ras du sol, et ne pas être trop petit non plus, s’ils doivent y passer toutes les nuits (2 mètres carrés par canard, comme déjà vu), surtout si vous envisagez d’agrandir la famille.

e. Un enclos pour le canard coureur indien

un enclos grillagé pour garder les canards coureurs indiens au jardin

Même si vous avez un grand terrain entouré de forêts ou de champs, et même si vous les rentrez chaque soir dans leur abri, si le terrain n’est pas clôturé, les canards vont s’enfuir à un moment ou un autre, surtout durant la période de nidification.

Pour cela, il faut absolument clôturer l’espace dans lequel ils pourront gambader. Si vous voulez profiter de leurs bénéfices pour la chasse aux limaces, cet espace devra inclure le potager, où y être à proximité directe.

f. Une mare pour le canard coureur indien : pourquoi et comment ?

construire une mare pour les canards coureurs indiens

Une mare de 2 mètres carrés est le minimum nécessaire à leur bien-être (source de l’info : un éleveur de coureurs indiens destinés aux particuliers) et à leur reproduction (ils se reproduisent le plus souvent sur l’eau). Voici une vidéo qui vous montre les différentes étapes nécessaires à la construction d’une petite mare (celle-ci fait un peu moins de 2 mètres carrés), jusqu’à sa mise en eau.

 

g. Que mange un canard coureur indien ?

la nourriture des canards coureurs indiens

L’alimentation première du coureur indien doit être composée de blés ou de granulés. Limaces, escargots, insectes, et herbes du jardin, ne viennent qu’en second plan.

Pour qu’ils restent au top de leur forme, la quantité de blé ou de granulés, à leur donner, doit être d’environ 1.7 kg par canard et par semaine, soit un peu plus de 3 kg par semaine, pour un couple. Cette quantité de nourriture doit être modulée en fonction de la présence potentielle d’un grand nombre de limaces, dont ils se nourrissent.

Le canard coureur ne mange pas la plupart des légumes du potager, excepté certains qu’il adore : les salades et les choux, les feuilles de betteraves et de blettes, les semis, et plusieurs autres herbes et plantes florales du jardin.

Attention car, même pour les plantes à légumes qu’il ne mange pas, il peut tout de même les piétiner lorsqu’il part à la recherche d’insectes et de limaces. Quand ces plantes ont bien poussé, ce n’est pas très grave… mais lorsqu’elles viennent d’être repiquées ou semées, c’est tout de suite bien plus embêtant…

 

h. La ponte et la couvaison du canard coureur indien

les oeufs des canards coureurs indiens

Une cane commence à pondre dès l’âge de 5 mois, et ceci jusqu’à l’âge de 5 ans. Une cane coureur indien pond environ 100 œufs (mais jusqu’à 200) par an. Cette ponte a habituellement lieu entre la fin de l’hiver et le milieu de l’été. Sans mâle, une cane pond tout de même des œufs (comme les poules pondeuses), que l’on peut manger. Mais leur consommation implique un plus grand risque de salmonellose que pour les œufs de poules, et pour cette raison, ils sont uniquement utilisés dans les pâtisseries. Ils sont assez gros (environ 65 g), et plus gras que les œufs de poules. Vous pouvez les conserver un bon mois sans danger.

Mais évidemment, il faut un mâle pour avoir des œufs fécondés, que la cane couvera, et qui donnera une ribambelle de petits canetons braillards. Attention car, durant cette période de couvaison, qui dure environ 28 jours, les canes peuvent se montrer assez agressives si on tente de s’approcher du nid.

Robin

Robin

Nous sommes au printemps 2020. 

Confiné chez moi, je démarre mon premier potager en permaculture.

Je rêve de tomates énormes. De courgettes à ne plus savoir qu’en faire. 

Je rêve déjà de leur goût, si unique, d’autosuffisance. 

Pour me former, j’achète un livre simple et accessible. Et je surf sur les blogs.

Je me mets à appliquer les “recettes du succès” d’un potager productif.

Mes plants poussent. Grandissent. Tout se passe à merveille. Quel pied ! Tout est si simple !

Mais, à l’orée du bois, le fiasco m’attendait.

Des tomates minuscules. Des courgettes dévorées. Des plants de pommes de terre à la production ridicule, puis attaquée de toutes parts. 

Déception. Découragement.

POURQUOI ça n’a pas fonctionné ? J’ai suivi les consignes à la lettre ! 

C’est un peu lourd, parfois. Mais je n’accepte pas, de ne pas comprendre. Une sorte de curiosité insatiable.

Je me suis alors lancé dans une sorte de "périple". 

Le périple du POURQUOI.

Comment faire en sorte d’être sûr que des informations données, trouvées çà et là, fonctionnerons pour nous ? 

Pour plusieurs sujets types, j’ai fait mes recherches :

On dit que le marc de café est un superbe engrais : POURQUOI ? Vérifions.

On dit que les coquilles d'œufs empêchent les limaces d’attaquer nos plantes ? POURQUOI ? Vérifions.

On dit que …

À force, j’ai fini par comprendre ce qui avait fait défaut, lors de la création de mon premier potager : je n’étais pas allé dans le fond des choses. Je ne m’étais pas demandé POURQUOI à chaque affirmation, à chaque “recette de la réussite”. 

Et donc, à l’époque, je ne m’en étais pas rendu compte : certaines de ces affirmations étaient fausses (le marc de café, les coquilles d’œufs), d’autres trop peu précises (rendant les erreurs possibles), d’autres encore, étaient trop dépendantes d’un contexte d’utilisation.

J’ai donc fini par comprendre POURQUOI mon potager avait été un fiasco.

Mais surtout, j’ai tiré de cela une leçon. Une méthode, pour enfin être sûr de chacune de mes actions, de chacun de mes choix au potager. D'avoir, enfin, cette confiance.

Cette méthode est simple : 

1- J’ai un problème récurrent au potager, et je cherche une information vraie et fiable à ce sujet.

2-Sur cette question, j’oublie tout ce que je sais déjà (ou ce que je pense savoir)

3-Je rassemble le maximum de sources sûres et solides pour y répondre (articles scientifiques, livres sérieux, organismes d'autorité (INRA), …)

4-Je compare les informations de ces sources, et tente de remarquer des concordances majeures, des "unanimités".

Lorsque ce n’est pas le cas, je le mentionne, pour le garder à l’esprit

Je note mes sources

5- Je synthétise, et j'en tire l'essentiel

Ce que je vous propose, avec ce blog, c’est avancer ensemble à ce niveau.

Avancer ensemble vers la démystification du potager.

Avancer ensemble, vers la construction de bases théoriques saines, solides, et parfaitement claires.

Je vous partage mes questionnements actuels, mes recherches, et mes résultats.

Pour, ensemble, que nous arrivions à construire notre potager productif, autonome, et résilient. 

Tout en comprenant POURQUOI cela fonctionne.

Je ne suis pas expert en agroécologie. Je ne suis pas maraîcher professionnel.

Mais je prends beaucoup de plaisir à aller chercher, trier, regrouper, et synthétiser, les meilleures informations existantes. 

Pour répondre, une bonne fois pour toutes, aux questions que l’on se pose tous.

Vous êtes ici sur mon blog, “Springday, Le Potager du Pourquoi”.

Et je vous souhaite une agréable lecture 😉

Les Formations

Des condensés d'informations uniques,

que vous allez adorer.

(Cliquez sur les images)

illustration des différentes espèces de limaces

Formation 1 : gérer (intelligemment et définitivement) les limaces au potager

Prix : gratuit

illustration des différentes espèces de limaces

Formation 2 : Apprenez, avec moi et en même temps que moi, les bases profondes pour créer un potager autonôme et productif.

Prix : gratuit

formation abri chauve souris

Formation 3 : accueillir des chauves-souris à coup sûr

Prix : 3 €

III. Prix et investissements, pour le canard coureur indien

a. Prix du canard coureur indien

combien coûte des canards coureurs indiens ?

  • Prix d’un couple de canards coureurs indiens : environ 80 €

 

  • Prix de la nourriture : chaque canard demandant environ 1.5 kg de graines ou granulés par semaine : 52 semaines * 3 kg par semaine = 156 kilos de graines ou granulés à l’année. Le prix de ces granulés est, grosso modo, de 17€ pour 20 kilos. Il faut environ 8 paquets de 20 kilos pour couvrir l’année, ce qui revient à 136 € pour un couple, par an.

 

  • La construction d’une mare peut se faire à la pelle et à la force des biceps, donc ce n’est pas vraiment un problème. Il faudra par contre penser à la bâche pour l’étanchéification.

 

  • Si vous ne fabriquez pas l’abri vous-même, un poulailler fermé coûte autour des 100 €, pour les premiers prix.

 

  • Si ce n’est pas déjà le cas, il vous faudra aussi le grillage pour clôturer votre jardin : environ 40 € les 25 mètres. Si on se base sur un jardin de 900 mètres carrés (30 mètres sur 30 mètres), cela fait 120 mètres de clôture, ce qui revient à environ 200 € tout de même…

 

 

En résumé, et s’il n’y a pas de dépenses imprévues (maladies, …), l’installation et l’hébergement d’un couple de coureurs indiens, sur un an, demande tout de même un investissement financier d’environ 500 euros

b. L’investissement personnel pour élever le canard coureur indien

avoir des canards coureurs indiens demande du temps

Comme expliqué précédemment, les canards coureurs indiens doivent à la fois pouvoir gambader dans un espace de grande taille, et barboter dans un petit bassin, mais aussi et surtout, ils doivent être mis à l’abri des prédateurs avant la nuit tombée. Cela, en plus de leur nourrissage quotidien, prend du temps (il faut parfois les poursuivre un moment pour les faire rentrer dans leur abri).

Et ça implique aussi quelqu’un pour s’en occuper tous les jours, même lorsque vous partez en vacances !

L’investissement personnel n’est donc pas négligeable non plus.

 

IV. Le canard coureur indien, frein à une régulation naturelle long-terme des populations de limaces ?

a. L’insertion d’un déséquilibre supplémentaire pour le système-jardin en permaculture.

le déséquilibre créé par les canards coureurs indiens

Au sein d’un écosystème, votre jardin potager (implanté arbitrairement, et composé en grande majorité de plantes non indigènes) constitue déjà un déséquilibre systémique.

Les limaces, elles, sont le plus souvent autochtones. Leur population, parfois difficile à contrôler dans un premier temps, peut être régulée par un aménagement du milieu, et se met de toute manière naturellement en place au fil des années. Il ne faut pas oublier non plus qu’elles ont rôle essentiel au jardin, et dans tout écosystème en général.

Les canards coureurs indiens, eux, sont implantés, et ne sont en aucun cas originaire de l’écosystème dans lequel s’inscrit notre jardin. Leurs actions (détaillées dans les sous-parties suivantes) au sein du système impliquent un nouveau déséquilibre pour ce dernier.

b. Le canard coureur indien amène une diminution de la biodiversité générale et du nombre d’insectes auxiliaires.

Biodiversité du jardin

La présence de canards coureurs indiens empêche la prolifération de limaces au sein du jardin. Mais attention ! La biodiversité générale de votre jardin risque elle aussi d’en prendre un coup. En effet, comme je l’expliquais plus haut, les canards ne sont pas uniquement des fans de limaces, mais aussi de tous les autres insectes qui croiseront leur chemin.

c. Le canard coureur indien entraîne la diminution du nombre d’insectes prédateurs des limaces

Carabe prédateur limaces

Les carabes, les staphylins odorants, les vers luisants, et les mille-pattes, sont de très bons prédateurs naturels des limaces (voir la partie V de cet article), dont certains sont même des prédateurs spécialisés. Mais ces derniers se feront croquer par le moindre coureur indien qu’ils verront. A une régulation qui aurait pu être naturelle, fait ici place une régulation (ou plutôt une extermination) que je trouve plus ou moins artificielle, même si ce mot est un peu fort.

d. Le canard coureur indien entraîne la disparition de la nourriture des prédateurs généralistes des limaces

le hérisson est un prédateur généraliste des limaces

S’il n’y a plus de limaces au jardin, il n’y a aucune chance pour que leurs prédateurs naturels (non directement touchés par les canards coureurs) puissent s’y installer… D’autant plus s’il y a très peu d’autres insectes, dont ces prédateurs peuvent aussi souvent se nourrir. Et, ayant eu des canards, sachez qu’ils ne sont jamais (non, jamais !) rassasiés, et qu’ils n’arrêteront pas une seconde d’aller farfouiller dans les herbes à la recherche de la moindre proie.

Mais alors, où les hérissons, les crapauds, les orvets, et les oiseaux, trouverons leur déjeuner ! Surement plus chez le voisin que chez vous…

Attention, je ne dis pas que vous ne croiserez plus ces petits animaux, simplement qu’il risque d’y avoir pénurie de nourriture s’ils restent chez vous.

Mais surtout, le jour où vous déciderez de donner vos canards coureurs indiens, les limaces s’en donneront à cœur joie, et il faudra attendre 1 à 3 ans pour que leurs prédateurs naturels se réinstallent à proximité.

Enfin, ce n’est que mon avis, mais je pense que la pratique d’héberger des canards coureurs indiens, n’est pas intégralement compatible avec la philosophie de la permaculture, sur certains aspects.

 

V. En résumé, avantages et inconvénients d’héberger des canards coureurs indiens

a. Avantages

Un pouce vert vert le haut : avantages

  • Ils permettent une régulation rapide d’une forte population de limaces et d’escargots

 

  • Vous pouvez utiliser leurs œufs pour faire des pâtisseries

 

  • Même si les limaces sont tuées par un élément extérieur (le canard) introduit dans le système, elles ne quittent pas le système-jardin, et y sont restituées sous forme d’un engrais pour les plantes (les fientes), riche en azote.

 

  • Si vous aimez les animaux, ça peut être très sympa d’avoir une bande de canards qui gambadent dans votre jardin, et vos enfants en seront sûrement ravis.

 

  • Contrairement aux poules, ils ne mangent pas la plupart de vos légumes et plantes à légume.

 

b. Inconvénients

un pouce rouge vers le bas : inconvénients

  • Les canards coureurs indiens demandent un investissement personnel important, car il faut, chaque jour, les faire sortir de leur abri, avant de les faire ré-entrer le soir venu. Et il faut aussi les nourrir régulièrement. Difficile de partir en vacances dans ces conditions.

 

  • Leur acquisition et hébergement demande aussi un investissement financier assez important : en fonction de la taille de votre potager, de l’ordre de 500 € pour un couple, pour la première année, et environ 130 € par an les années suivantes, une fois l’aménagement effectué.

 

  • Les coureurs indiens, s’ils ne mangent pas la majorité des légumes, sont friands de salades, de choux, de feuilles de betteraves et de blettes, des semis, et plusieurs autres herbes et plantes florales du jardin. Ils ont aussi tendance à piétiner les plantes, ce qui peut être assez embêtant lorsque ces dernières sont dans leur premier stade de développement.

 

  • Si un espace trop petit est mis à leur disposition, ils peuvent rapidement transformer un gazon en flaque boueuse, comme les canards colverts peuvent aussi le faire.

 

  • Ils constituent un dérèglement de plus par rapport à l’écosystème initiale dans lequel s’inscrit notre jardin.

 

  • Leur appétit est insatiable, ils ne mangent pas que les limaces, mais aussi toutes sorte d’insectes, dont les insectes auxiliaires du jardin. Ainsi, ils contribuent fortement à la diminution des insectes prédateurs des limaces, mais empêchent aussi l’installation de nombreux autres animaux auxiliaires, qui ne trouve alors plus leur nourriture.

 

VI. Est-il souhaitable de ne conserver des canards coureurs indiens que pour une courte période ?

la location de canards coureurs indiens à des inconvénients

La location de coureurs indiens est aussi quelque chose qui se fait.

En pratique, cela semble être la solution parfaite ! Mettre un grand coup aux limaces lorsque leur population explose, puis rendre les canards à leur propriétaire, et la vie est belle !

C’est vrai, mais… Les limaces prolifèrent durant toute la période du printemps, pendant les périodes orageuses de l’été, et lorsque le temps redevient humide, à l’automne : c’est très segmenté comme période pour de la location…

Mais, disons que vous voulez simplement louer les canards pour faire face aux mois souvent difficiles du printemps. Alors, il vous faudra tout de même aménager un espace pour les accueillir, avec les coûts assez importants que cela implique (voir la partie « investissement financier » plus haut), si vous ne voulez pas que les renards et les fouines vous les croquent.

Aussi, comme déjà mis en avant, une surpopulation de limaces ou d’escargots n’est qu’un symptôme d’un déséquilibre de votre système, et leur éradication saisonnière ne réglera en rien le problème. Chaque année vous devrez probablement recommencer, et lorsque les canards ne seront pas là, gare à l’invasion !

Et puis, les canards sont des animaux, pas des objets… Il faut aussi considérer les chocs psychologiques que peut entraîner le fait de les changer de milieu de vie en permanence… Mais surtout de changer les congénères avec qui ils partagent le jardin : lorsqu’ils sont chez vous, chaque individu du couple (si c’est un couple) est habitué à son congénère. Imaginez le choc, si au bout de trois mois ils sont récupérés, et réinsérés avec tous les individus du propriétaire-loueur, puis, 9 mois plus tard, un nouveau couple est arbitrairement choisi est installé pour 3 nouveaux mois dans un jardin, et la boucle continue…

 

VII. D’autres moyens de contrôle des limaces et escargots dans un jardin en permaculture

Paillis aiguilles de pin anti limaces

Vous l’avez compris, même si je tente de rester objectif sur la question, l’hébergement des canards coureurs indiens n’est pas, pour moi, une solution long-terme pour la régulation des populations de limaces au jardin.

Comment faire, alors, si vous êtes régulièrement envahis par ces demoiselles ?

Parmi ce que l’on appelle les “anti limaces naturels”, pouvez essayer de mettre en place des barrières anti-limaces, des paillis anti-limaces, planter des plantes au pouvoir répulsif, ou attirer les prédateurs naturels de ces gastéropodes, … Vous retrouverez tout cela dans mes différents articles dédiés à la gestion des limaces au jardin (voir section “contrôle des limaces” du menu).

 

Recevez gratuitement la formation "gérer (intelligemment) les limaces au jardin"

Vous trouverez, sur mon site, tout sur mes recherches concernant la gestion intelligente des limaces au jardin. Avec, entre autres, les solutions les plus efficaces.

Néanmoins, j'ai créé une formation vidéo (3 vidéos, que je propose ici gratuitement), où je vous partage LA stratégie pour gérer les limaces au jardin : l'essentiel, le plus efficace, la moelle de mes meilleurs articles à ce sujet.

Regardez ces 3 vidéos et vous n'aurez (presque) pas besoin de lire mes 20 articles sur la gestion des limaces au jardin.

Cliquez sur ce bouton pour recevoir la formation :  

Conclusion

les canards coureurs indien sont un bon moyen de lutter contre les limaces en permaculture

Les canards coureurs indiens sont très à la mode, actuellement, pour lutter contre les limaces dans un jardin en permaculture. Ils permettent en effet une régulation très efficace de la population de ces gastéropodes. Oui mais… ces canards cachent plus un symptôme qu’ils en résolvent le syndrome sous-jacent. Ils peuvent, au contraire, freiner et même stopper un rééquilibre naturel en cours, de ces populations de limaces. Plus généralement, et même si cela dépend de nombreux paramètres, la menace face à la biodiversité du jardin peut aussi poser question.

Merci d’avoir pris le temps de lire 😊, j’espère que cet article vous aura intéressé et appris des choses que vous pensez utiles. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je suis à l’écoute de tout ce que vous aurez à me partager, car cela ne peut qu’enrichir ce document. Faites-moi parvenir vos idées, je compléterai cet article avec plaisir, afin qu’il soit le plus complet possible

 

Références :

https://www.fermedebeaumont.com/coureur-indien-blanc-p-735.html

https://la-miniferme.skyrock.com/3040181201-Le-canard-coureur-indien.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coureur_indien

Le hérisson

 

En détail

Les nématodes

En détail

Les carabes

En détail

Avez-vous aimé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour noter l'article !

Note moyenne / 5. Vote count:

Pas encore d'avis ! Soyez le premier à dire ce que vous en pensez !

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

14 Commentaires

  1. Cécile

    Merci pour cet article vraiment très intéressant, qui permet une vision globale et me pousse à me questionner sur l’accueil de ces canards. Je m’étais déjà fait la réflexion de l’impact des poules sur la population d’insectes, mais je n’y avais pas pensé pour les canards. Les autres variétés de canards mangent elles aussi les insectes ?

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Cécile, désolé de ma réponse un peu tardive..

      Merci beaucoup !

      Oui, malheureusement toutes les espèces de canards mangent les insectes.. après il est probable que les canards coureurs soient les plus voraces à ce sujet

      J’espère que ça vous aide un peu !

      Bonne journée 😊

      Réponse
    • Liz

      Bonjour, bravo pour votre condensé d informations et de réflexion sur ce canard vous vous êtres vraiment penché sur beaucoup d aspect de cet adorable canard. Par contre je trouve que l information sur la consommation des oeufs est rapide et finalement fausse. Dans d autres pays on les consomme autrement qu en pâtisserie. Il sont délicieux en omelette, cuis durs , au plat.la texture est juste plus compacte, mais le goût est vraiment quasiment similaire à celui de la poule. La salmonelle est une aberrante excuse pour ne pas les consommer je crois. Dans de bonne condition avec paille, nid et ramassage journalier les œufs sont très propre et n ‘ ont quasiment aucune chance d être contaminé. Je pense plutôt que c est la difficulté d intensifier l élevage qui fait qu on ne consomme pas les œufs, contrairement aux poules qui ” supportent des conditions extrêmement grégaire d élevage et qui pondent quand même. On peut ainsi avoir des oeufs a un coût dérisoires, alors qu il faudrait plus d espace, de temps de travail et effectivement la gestion d un bassin propre pour les coureurs et donc augmenter le prix des oeufs.le consommateur n est pas prêt à mettre quelque centimes de plus pour une viande de base.c est navrant et vraiment dommage. Car ces coureurs sont d une gentillesse et d une intelligence sans pareil, ils me font penser au mouton. Encore merci. Et effectivement coureur indien et maraîchage font à certains moments très mauvais ménages, car même le feuillage de poivron aubergines…est dévorés. Il faut les gérer au moment opportun avec clôture etc sinon ils s en donne à coeur joie et la c est regret assuré. Bonne continuation

      Réponse
      • Robin

        Bonjour, merci pour ce retour d’expérience avisé 🙂
        Ce commentaire constitue un superbe complément d’information, pour mettre en perspectives mes propos. En effet, au sujet de la consommation des oeufs, il est vrai que je n’ai pas creusé intensément la question, mais que l’ai plutot appuyé sur un ensemble de “témoignages”.
        Merci de ce commentaire 🙂

        Réponse
  2. Chicoine

    Merci beaucoup d avoir mis en lumière les deux côtés 🤗😉
    J ai pensé que pour équilibrer le tout était de laisser les canards dans le jardin seulement quelques fois et leur barrer l accès parfois 🤗🤗 donc tout le monde est en parfaite harmonie 🤗🤗🙏❤️
    Quant penser vous 🙄🤔
    Merci encore et bonne journée 😊

    Réponse
    • Robin

      Avec plaisir 🙂 Oui, par exemple 😉 Mais si les canards servent à faire “disparaitre” les limaces lorsque celles-ci deviennent trop nombreuses, alors il n’y aura pas moyen d’avoir une régulation naturelle et définitive du problème de limaces..

      Bonne journée à vous aussi

      Réponse
  3. Thomas

    Merci pour cet article vraiment super intéressant et très complet ! Désormais l’épineux sujet des canards coureurs indiens n’a (presque) plus de secrets pour moi !

    Réponse
    • Robin

      Merci beaucoup ! Content qu’il vous ait plu 🙂

      Réponse
  4. Rouleau Renate

    bonjour
    très intéressant ton article, merci. Nous nous posons la question si une cohabitation entre canes et (nouvelles) poules est compatible car j’ai entendu que les poules peuvent être très agressives. Une propriétaire de poules nous a même dit qu’elles ont dévoré une poule blessée dans le poulayer.
    J’aimerais aussi beaucoup avoir des hérissons mais depuis 7 ans ils n’ont pas élu domicile chez nous. Nous avions énormément de moustiques l’an dernier, c’était insupportable et j’aimerais avoir des animaux qui les mangent. Nous avons beaucoup d’eau ici (sources).

    Réponse
  5. leblond gerard

    merci beaucoup pour les infos sur les canards coureurs indiens.( je vais me raviser) Pour les moustiques j’ai diminué considérablement leur prolifération en favorisant la présence des guêpes avec des points d’eau leur permettant de s’abreuver. Les guêpes consomment beaucoup de moustiques pour satisfaire leur besoin en protéines. j’ai laissé aussi se développer, dans les bassins, des larves dont je ne connais pas le nom qui se nourrissent des larves de moustiques. Depuis 2 a 3 ans c’est devenu supportable.

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Gérard, merci pour votre retour d’expérience ! 😊
      Les larves sont probablement des larves de libellules ou des dytiques 🙂

      Réponse
  6. CHAHINE Emmanuel

    Bonjour et merci et bravo pour votre super article.
    J’aimerais tenter l’expérience avec ces drôle de canards car j’ai beaucoup de limaces mais aussi énormément de cloportes qui font presque autant de dégâts. J’aurais donc quelques questions avant d’introduire les coureurs.
    J’ai une marre au cœur de mon potager de 8m² avec plusieurs plantes aquatique et des petit poissons. Est-ce-que les canards vont tout saccager dans la marre?
    J’ai également un poulailler tout clôturer (env. 500m²) à proximité du potager. J’avais pensé les inclure avec les poules et les sortir de temps en temps dans mon potager. j’aménagerais bien-sur un abri et une petite marre dans cet espace. Quand pensez-vous?
    Merci d’avance.
    Bien à vous.

    Réponse
    • Robin

      Bonjour Emmanuel, merci 🙂

      Pour le bassin, tout dépend de la taille des poissons (s’ils sont petits, il y a des chances que les canards tentent de les gober)… Pour les plantes aquatiques, à vrai dire je ne sais pas si les canards les trouvent à leur goût.. Vous devriez poser la question à des organismes spécialisés comme la ferme de beaumont, ou autre, il saurront peut-être.

      Non il ne semble y avoir aucun problème à faire cohabiter les poules et les canards, en quelques recherches sur google, j’ai vu plusieurs témoignages de personnes faisant cela. D’ailleurs, mon voisin avait fait cohabiter durant un long moment poules et oies. Donc à mon avis, aucun souci pour vos canards !

      Bonne soirée
      Robin

      Réponse

Laissez une réponse à Chicoine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Si vous voulez partager cet article :

Non, attendez.

 
Si vous voulez recevoir :
-L’infographie des méthodes permas (efficaces vs non-efficaces) pour jardiner avec les limaces
-Le tableau récap’ des plantes utiles à avoir au jardin, en général (et quels auxiliaires elles attirent, quels “ravageurs” elles repoussent)
- L’effet du marc de café en résumé visuel
- Des questions de jardinage exclusivement détaillées par (gros) emails peu fréquents
 
(C’est aussi un moyen pour moi de voir que ces articles vous plaisent :) )
 
 
Vous pouvez mettre ici votre email auquel j'envoie tout ça.
 
Mais ne vous y sentez pas obligé !

C'est fait ! Courrez voir votre boite mail ! Si vous ne recevez rien, pensez à regarder vos spams